Omnisports La campagne estivale des Red Dragons va les faire grimper au ranking mondial.

World League (7e sur 12), qualification pour le Mondial 2018 et demi-finale de l’Euro : les Red Dragons ont emmagasiné pas mal de victoires cet été. Des succès qui seront très précieux lorsqu’il faudra établir le classement mondial et européen.

"C’est ce classement qui détermine les tournois qualificatifs pour les Jeux Olympiques", explique Gert de Dobbeleer, directeur de Topvolley Belgium qui gère les équipes nationales. "Toutes les victoires sont donc importantes sur le long terme. Quand Vital a repris l’équipe en main, on avait fixé l’objectif olympique. Nous voulons aller à Tokyo avec au moins une des trois équipes (messieurs, dames et beach) et pour cela, il faut faire des résultats déjà aujourd’hui et l’année prochaine au Mondial."

Si les Yellow Tigers ont échoué, les Red Dragonsseront, eux, bien mondialistes l’année prochaine. Repris et reboosté par Vital Heynen, le groupe construit par Baeyens a en outre ses plus belles années devant lui avec une moyenne d’âge de 25 ans. "On savait que Vital avait les capacités de faire évoluer le jeu belge et notamment ce bloc-défense qui a fait notre réussite. En outre, ici, les joueurs auront pris pas mal d’expérience. L’avenir est rose même s’il est déjà beau. En Pologne, on ne s’attendait pas à cette demi-finale", sourit Gert. "On aurait été déjà content avec seulement un Top 8 . Mais plus que les résultats, la manière était aussi belle à voir. Tous ont évolué à un très haut niveau."

Cette quatrième place permet d’empocher un joli butin de 35.000€ (160.000 pour le vainqueur) que la fédé utilisera pour préparer au mieux l’édition 2019 qu’elle co-organisera avec la Slovénie, la France et les Pays-Bas et pour laquelle 1,5 million d’euros de budget est déjà prévu.

"C’est une belle manière aussi de faire évoluer le volley en Belgique. Pour cela, nous travaillerons avec les écoles, l’AIF aussi pour lancer des initiatives de promotion. Jouer en plus à Anvers et au Palais 12 de Bruxelles, la capitale de l’Europe, c’est un symbole !"