Omnisports Myriam Blavier n’a pas été récompensée par une médaille. Sophie Berger non plus.

Myriam Blavier et Sophie Berger sont, toutes deux, sorties du tatami les larmes aux yeux, ce samedi, à Herstal. Mais elles n’ont vraiment pas à rougir de leur première dans leur nouvelle catégorie. En échouant au pied du podium, elles n’ont pas été récompensées de leur journée, mais elles ont prouvé qu’elles avaient opéré le bon choix en décidant de monter, l’une en -57 kg, l’autre en -78 kg. Un constat qui n’a pas échappé à Nicole Flagothier, leur coach très proche d’elles.

"Comment ne pas être déçue quand on quitte le tatami en étant battue ? Mais, moi, je préfère retenir le positif de leurs combats. Elles ont prouvé qu’elles ont vraiment le potentiel ! Elles ont simplement besoin d’un temps d’adaptation parce qu’on ne monte pas de catégorie sur un claquement de doigts. Ce que j’ai vu est de bon augure pour l’avenir…"

Et Nicole, avec son expérience et son palmarès, en a vu dans sa carrière de judoka et de coach. Battue par la Française Louis Sidney à quelques secondes de la fin, Myriam s’en voulait d’avoir laissé échapper cette médaille de bronze qui s’est déjà refusé à elle par trois fois l’an dernier : à Prague et, surtout, à l’Euro, à Zagreb, et au Mondial, à Maribor, juniors.

"J’en ai assez de la cinquième place ! Oui, je suis déçue du résultat. Mais pas de la manière. Je me sens beaucoup mieux sur le tatami à l’entraînement. Et je suis parvenue à reproduire ces sensations en compétition. J’ai pris du plaisir à combattre. Et je n’étais même pas stressée, ce qui constitue un énorme changement aussi dans mon approche de la compet …" constate-t-elle.

Une fois la déception, à chaud, passée, Myriam avait, il est vrai, retrouvé le sourire, celui du judoka conquérante. Et la Liégeoise a désormais hâte de se retrouver à Rome pour son premier rendez-vous en European Open. Quant à Sophie, elle est tombée face à l’Allemande Hölterhoff, une gauchère qui ne lui convient décidément pas puisqu’elle s’est inclinée face à elle tant en poule qu’en finale pour le bronze.

"Je pense que Sophie a beaucoup appris ce samedi. Elle sait qu’elle a encore du travail, notamment contre une gauchère…" explique Nicole Flagothier, à qui rien n’échappe. "Mais je suis persuadée qu’elle va encore nous surprendre. En tout cas, Sophie a une belle carte à jouer en -78 kg, caté qui lui convient."

Parole d’ancienne vice-championne du monde, dont les conseils sont très précieux !