Autres sports Elle nage ce week-end au Canada


TORONTO Les études et la carrière sportive de Griet Buelens se passent sans problème à l'université d'Etat de l'Ohio (USA). Elle a entamé sa troisième année d'études en éducation physique. Seul accroc : le courant ne passe pas bien entre la Vlaamse Ligue (VZF) et le duo d'entraîneurs belges du club Fast (Dirk De Laet et Sydney Appelboom). Témoin, le fait que Griet n'aille pas aux Championnats d'Europe le mois prochain à Helsinki. Elle a réussi les critères sur 100 et 200 papillon mais ses coaches voulaient étoffer son programme avec du demi-fond, domaine dans lequel elle a pas mal progressé. La VZF a refusé, s'en tenant aux règlements de sélection de la Fédération et sans tenir compte du fait que notre compatriote nage surtout en bassin de 25 yards aux States et n'a que peu d'occasions de nager sur des distances métriques.

Comme la décision est tombée tardivement, il était trop tard pour l'inscrire à l'US Open (1er week-end de décembre). Elle nage en revanche (à ses frais) au Bell Grand Prix à Toronto où l'opposition sera de taille. A son retour du Canada, elle partira pour un stage à Puerto Rico avec l'équipe de natation de l'université de l'Ohio. Elle reviendra en Belgique pour quelques jours pendant les fêtes et participera à deux meetings (Laeken et Mol), avant de retourner à Colombus jusqu'au début de l'été.

Griet Buelens pourrait participer aux Universiades en août à Bangkok mais une fois encore se posera le problème de l'absence de temps de référence. Tant à Madrid 2004 (16e en 2.14.97) qu'à Budapest 2006 (14e en 2.14.14), elle atteignit les demi-finales du 200 m papillon des deux derniers Euros et, entre les deux, améliora son record de Belgique de la distance, 2.13.34 (en août 2005 à Anvers).

Comme beaucoup de sportifs, Griet Buelens rêve des JO de Pékin. Le minimum (2.10.90) n'est pas inaccessible. Si tout tourne rond, elle pourrait rester au pays en 2008 pour tenter de décrocher son billet pour la Chine.



© La Dernière Heure 2006