Omnisports

Une manche de la Coupe du Monde UCI s'y déroule jusqu'à dimanche.

Depuis ce jeudi, et jusqu'à dimanche, les meilleurs paracyclistes au monde s'affrontent à Ostende, ville hôte d'une manche de l'UCI Paracycling World Cup pour la deuxième année consécutive. On y retrouve notamment les Belges qui se sont illustrés aux Jeux Paralympiques de Rio, l'été dernier, à l'instar de Jean-François Deberg, Jonas Van de Steene et Christophe Hindricq qui recomposeront à nouveau, en clôture de cette compétition dimanche, l'équipe de relais médaillée de bronze au Brésil. Tous s'alignent, par ailleurs, en individuel, dans le contre-la-montre et dans la course en ligne ces vendredi et samedi. Une belle occasion pour le public belge d'aller célébrer et encourager ses champions paralympiques...

«On a véritablement de la chance d'avoir une telle organisation en Belgique depuis l'année passée», explique Hélène Vander Massen, coach à la Ligue Handisport Francophone. «C'est l'occasion pour nous de montrer un peu au public ce qu'on fait à l'entraînement au quotidien et de valider aussi en compétition le travail réalisé cet hiver. En plus, il y a une belle concurrence internationale dans chaque catégorie et cela nous permet de faire un point intéressant, en milieu de saison, afin de peaufiner notre préparation en vue des Championnats du Monde. Ceux-ci se dérouleront en Afrique du Sud cet été et on espère notamment aller y décrocher notre première médaille mondiale en team relais.»

Jérémy Solot, le responsable de la délégation belge à Ostende, confirme : «On est dans une année post-paralympique et on s'inscrit plutôt dans une optique de préparation à long terme vers les Jeux de 2020. Mais cela reste une Coupe du Monde et ce rendez-vous à Ostende est une compétition importante où on est capable d'aller chercher quelques podiums, avec le soutien d'un public qu'on espère nombreux car nos athlètes le méritent.»

Ce jeudi, c'est donc Raphaël Blaise, en classe T2 (tricycle), qui a ouvert le bal lors du contre-la-montre organisé le long de la digue (12e) mais pas moins de dix Belges avec statut BPC sont engagés à la Côte. Et ils ont de l'ambition à revendre !