Omnisports

La Liégeoise a perdu son combat pour le bronze, en -52 kg, face à la Française Gneto.

Pas de médaille pour Charline Van Snick, ce samedi, à Paris. La Liégeoise s'est inclinée dans son combat pour le bronze face à la jeune Française Astride Gneto, la soeur de Priscilla qui avait privé... Ilse Heylen du bronze olympique en 2012, à Londres. Sanctionnée à deux reprises en moins d'une minute pour fausse-attaque, Charline n'a pas réussi à s'imposer à la puissance de Gneto. « Je manquais d'impact, mais l'arbitre ne m'a pas ménagée. Les pénalités sont tombées très vite à mon encontre alors que mon adversaire ne m'a jamais mise en danger. Et la troisième, synonyme d'élimination pour moi, fut grotesque. Oui, j'ai mis un pied en dehors du tatami, mais parce qu'elle me pousse. »

Très énervée, incrédule, Charline avait la larme à l'oeil tant elle se senatit impuissante. Il est vrai que, opposée à la Japonaise Abe, 17 ans, championne du monde juniors, en demi-finale, elle avait déjà été lésée par l'arbitrage, le recours à la vidéo attribuant son waza-ari à sa... rivale ! Se retournant vers les juges, les bras écartés en signe d'incompréhension, Charline avait protesté, tout comme son coach, Dimitri Dragin, debout devant sa chaise. Mais ils n'y purent rien. La finale pour l'or était passée et la médaille de bronze aussi. Maudit Paris...