Omnisports

Un point en deux matchs : la situation pourrait devenir préoccupante pour les Red Wolves.

Ce deuxième match des qualifications pour le Mondial 2019 s’est peut-être joué sur des détails face aux voisins néerlandais, mais le but d’écart donne tout de même les deux points de la victoire et le leadership aux Pays-Bas dans ce groupe 5.

Voir les Bataves fêter ce succès comme si cela signifiait une qualification assurée pour les barrages, dernier tour de qualification, atteste de l’intensité des échanges et du statut que les petits Belges ont depuis quelques mois.

Cela ne fera pas l’affaire de Yérime Sylla et ses joueurs, conscients que les Néerlandais étaient vraiment prenables. “Ils n’étaient pas supérieurs, confirme Nathan Bolaers. C’est frustrant tant nous avons mis de l’engagement en deuxième période. Mais les détails qui ont joué en leur faveur, ce sont des tirs malchanceux encaissés et des arrêts de l’autre côté.”

La déception était tout logiquement ressentie également chez Yérime Sylla parfois impuissant.

“La défaite est dure parce qu’on était bien dans la partie”, signale le sélectionneur. Menés de deux buts à la pause, les Red Wolves ont ensuite égalisé profitant d’un début de deuxième période presque parfaite de Lettens dans la cage, avant de voir son homologue néerlandais lui voler la vedette en fin de match. Les Belges ont même réussi à passer devant à 16-15, mais l’écart n’a jamais dépassé un but en leur faveur. Une défense parfois perméable a alors permis aux adversaires de reprendre la main. “La coopération gardien-défense a peut-être connu quelques défaillances, mais finalement, on ne prend pas vraiment beaucoup de buts quand même.”

La balle de match, c’est ce penalty offert un peu trop généreusement pour faire 24-26, les Red Wolves n’ayant eu que trop peu de temps pour égaliser. “Le nul aurait été mérité. Je ne le comprends pas ce peno. Tom commet la faute aux 9 mètres. Mais ce n’est pas la seule erreur. On a au moins perdu 20 secondes parce qu’ils ont laissé le chrono alors que dans l’autre sens, chaque arrêt de jeu donnait droit à un arrêt du temps immédiat.”

Avec seulement un point sur les quatre mis en jeu cette semaine, les Red Wolves sont à la peine, mais ils ne se démoralisent pas pour autant. “Non, parce qu’on a l’équipe pour se qualifier, il reste quatre matchs et donc huit points”, rappelle Bolaers.

Belgique : Lettens 60e, Denert, Ooms 2, Spooren, T. Bolaers 4, Devisch 1, Roelants, Cauwenberghs 6, Robyns, Danse 1, D. Kedziora 3, B. Kedziora, Vancosen, N. Bolaers, Qerimi 3, De Beule 1.