Running

On annonce jusqu'à 29 degrés dimanche. Ne pas partir trop vite et bien gérer son effort seront essentiels. Pour cela, mieux vaut savoir ce qui vous attend


Le parcours des 20 Km de Bruxelles 2018 est exactement le même que celui de l'an dernier. Les coureurs ne passent donc plus par la rue de la Loi mais bien par la rue Belliard, juste après le départ.

© dr


Km 0

Il y a beau avoir six vagues de départ successives, les premières foulées aux 20 Km de Bruxelles se muent souvent en bataille afin de pouvoir mettre un pied devant l’autre. Logique avec près de 40.000 coureurs n’ayant pour seul objectif que d’avancer au plus vite dans le même sens. Quelques minutes toujours difficiles avant de trouver sa foulée.

Si les élites filent à toute vitesse devant, les premiers trottoirs et le rond-point Schuman sont autant d’obstacles qu’il convient avant tout de passer sans dégât pour la masse du peloton qui suit. Avant, enfin, de pouvoir s’élancer à son rythme sur la rue Belliard, qui a remplacé la rue de la Loi sur le parcours depuis 2016.

© guidicelli

Km 2

Si cela n’a rien à voir avec Paris-Roubaix, les 20 Km ont également leur secteur pavé, sur quelques centaines de mètres et qui arrive très vite après le départ. De façon générale, les 5 premiers kilomètres ne sont pas les plus rapides et ce n’est pas là qu’il faut gagner du temps par rapport à l’objectif que l’on s’est fixé. Les pavés de la Place des Palais, même s’ils sont de qualité, doivent être gérés avec prudence. Les chevilles travaillent très fort sur ce type de surface. L’essentiel est d’éviter d’y glisser. À ce moment de la course, il n’est pas question de se mettre dans le rouge pour gagner quelques secondes, surtout vu la chaleur annoncée. Le mode gestion doit être de mise


Km 4

L’Avenue Louise, ou plutôt les tunnels sous celle-ci, est l’un des passages les plus redoutés des coureurs. À raison car il y a véritablement moyen de s’y cramer alors que la course n’est vieille que de quelques kilomètres. Un célèbre enchaînement de trois montées et d'autant de descentes qui cassent les pattes. Le mieux est d’être capable de relancer au sommet de chaque tunnel, sans faire l'effort de trop car le plus dur est à venir. Il faut pouvoir se connaître afin de savoir quelle allure adopter face à ces difficultés.


Km 6

Le ravitaillement pris à la sortie de l’Avenue Louise, la course peut (enfin) démarrer. Long de près de 4 bornes, le petit tour à travers le Bois de la Cambre vous permettra réellement de voir quel est votre état de forme du jour. Dans le bois, profitez des zones d'ombre qui s'offrent à vous même si, dans la masse, il n'est pas toujours facile de choisir sa trajectoire.

Pour les meilleurs, le choix des trajectoires peut faire gagner quelques précieuses secondes dans ce secteur. Pour les autres, sous la chaleur, il faut toujours penser à en garder sous la semelle pour la suite.


Km 11

La longue Avenue Franklin Roosevelt et la descente vers la gare de Boitsfort suivie du tout aussi long passage sur le Boulevard du Souverain n'est pas l’enchaînement le plus réputé des 20 Km. Pourtant, c’est véritablement là que se joue un bon chrono. Si le début de course n’est pas rapide, cette section l’est particulièrement. Le plus souvent en faux plat descendant, les meilleurs sont en dessous des trois minutes au kilomètre. Ceux qui peuvent se le permettre ne doivent pas hésiter à hausser un peu le rythme. Une zone qui, cette année, a donné des cheveux gris à l'organisation vu les travaux, pas encore terminés, dans ce secteur.

© guidicelli

Km 17

Faut-il avoir peur de l’Avenue de Tervueren, une difficulté longue de près de 2 kilomètres dans la dernière ligne droite de la course et dont la réputation auprès des coureurs n’est plus à faire ? Il faut en tout cas toujours garder à l’esprit qu’elle existe. Comment l’aborder dès lors ? Tout dépend de votre état. S’il vous reste des cartouches, c’est le moment de les utiliser. Par contre, si vous êtes déjà dans le dur au pied de l’Avenue de Tervueren, il faut la monter doucement en tentant de garder un souffle régulier, l’objectif étant de pouvoir allonger quelque peu sa foulée au sommet. Car une fois au-dessus, il reste encore un kilomètre qui, en cas d’épuisement, peut sembler interminable.


Km 20

Au sommet de l'Avenue de Tervueren, vous auriez tort de croire que la course est finie. Un long faux plat très légèrement montant vous attend encore. Mais c'est aussi l'endroit du parcours où les spectateurs sont les plus nombreux. La perspective d'en finir et les encouragements des vôtres devraient vous permettre de trouver un dernier souffle pour aller cueillir votre médaille de finisher des 20 Km de Bruxelles 2018.