Running

La 3e édition du Beer Lovers’ Marathon, course qui allie sport et folklore, a lieu ce dimanche à Liège. Avec Sébastien Mahia en tenant du titre, évidemment


Liège verra débarquer en ses murs une nouvelle manifestation sportive de grande ampleur ce dimanche. Après le 15 km de Liège Métropole voici quelques jours, place au Beer Lovers’ Marathon, qui en sera à sa troisième édition. Mais l’événement ne se veut pas une course à pied comme les autres. Comme son nom le laisse supposer, ce rendez-vous se veut avant tout convivial, festif, voire déguisé pour les plus motivés. Outre la distribution d’eau et d’alimentation énergétique tous les 5 km, le parcours propose une petite vingtaine de ravitaillements lors desquels les coureurs auront l’occasion de déguster autant de bières belges. S’ils le souhaitent évidemment. Rencontre avec Gérald Evers, un des organisateurs d’un concept qui rencontre un joli succès.

D’où vous est venue cette idée originale ?

"Nous sommes une bande de cinq potes, tous Liégeois, tous marathoniens. C’est après avoir participé au célèbre marathon du Médoc que nous avons pensé à transposer cette course folklorique en Cité ardente… Ici, nous avons troqué les grands crus par des bières et des produits locaux."

Pourquoi Liège et pas une autre ville wallonne ?

"Liège nous paraissait être une évidence. On ne l’appelle pas la Cité ardente pour rien ! C’est la ville de la convivialité et de la fête par excellence. Nous avons eu d’emblée de très bons contacts et notre concept a séduit les autorités. C’est aussi une belle opportunité touristique : nous pouvons accueillir 1.500 marathoniens et quand on sait, par nos statistiques, que chaque coureur est accompagné d’une personne au moins, ça peut faire 3.000 personnes qui arpenteront la ville et en découvriront ses richesses."

© Sepulchre

À qui s’adresse cette course atypique ?

"Ce n’est nullement réservé à une élite sportive. Peu de coureurs vont jouer la gagne . Tout le monde peut y aller de sa foulée, tant que l’on termine en moins de 6 h 30. Il faut quand même une bonne condition physique mais ici, pas d’héroïsme sportif, pas de pantin désarticulé à l’arrivée… Juste le dépassement de soi, l’amusement, la convivialité. On a vraiment voulu démystifier le marathon. Pour que tout le monde puisse y arriver, on a placé les grosses difficultés au début de la course."

Par où le marathon va-t-il passer ?

"On va proposer un vrai parcours touristique, avec, entre autres, la place St-Lambert, la montagne de Bueren et ses 374 marches (!), les coteaux de la Citadelle, le terril de la Batterie, le Bernalmont, Outremeuse, Roture, le parc de la Boverie, la passerelle de la Belle Liégeoise, la gare des Guillemins…"

Et que verra-t-on en marge de la course ?

"Le B.L.M. est une kermesse ! Il y aura 18 postes de ravitaillement où l’on pourra déguster des bières régionales - dont beaucoup de micro-brasseries - et des produits de bouche. Il y aura en plus 25 animations différentes : des fanfares, des chorales, des DJ, des artistes au travail. De nombreux coureurs sont déguisés : ce qui donne encore une autre dimension à la course. Cette année, le thème est le Far West ! Signalons aussi que le B.L.M. sera une course solidaire car nous reverserons un euro par inscription aux Cliniclowns de Verviers."


Sébastien Mahia a un titre à défendre

Sébastien Mahia sera cette année encore présent au Beer Lovers' Marathon. L’excentrique et talentueux coureur namurois avait remporté l’épreuve en 2017 et remettra son titre en jeu, sans se mettre la pression, qui sera à chercher ailleurs sur cette épreuve.

"C’est clair que je ne vais pas boire de la bière à chaque ravito, dit celui qui n’en est pas moins un grand amateur de houblon. L’an dernier, j’en avais quand même bu une juste avant l’arrivée car je savais que j’avais course gagnée. Cette fois, ça risque d’être un peu plus compliqué car j’aurai encore les restes du marathon de Namur dans les jambes. Mais bon, on y va pour le fun. À Liège, je revêtirai une nouvelle fois mon costume d’abeille pour l’occasion. Chacun pourra comprendre pourquoi…"

Rappelons, si besoin en est, que Sébastien Mahia (32) est Monsieur Victoires, avec 79 succès à son actif en 2017 et plus de 200 depuis qu’il s’est mis à fréquenter les courses. "Battre ce record n’est pas encore mon objectif pour cette année même si j’ai remporté 11 courses en deux semaines début mai."