Running Nicola Bucci et Xavier Diepart vont défendre nos couleurs ce samedi lors des Mondiaux longue distance, qui se tiennent en Espagne

À côté de la France, de l’Espagne ou des États-Unis, la Belgique fait pâle figure sur la carte mondiale du trail. Mais elle a le mérite d’exister et de prendre de l’ampleur au fil du temps. Marques et fédération s’y intéressent chaque année un peu plus et nos meilleurs éléments tentent de s’accrocher aux godasses des rois de la discipline.

Ceux-ci se retrouveront ce samedi en Espagne lors du Penyagolosa Trail, théâtre du Championnat du Monde de trail longue distance (85 km, près de 5.000 D +), lequel se tient une année sur deux en alternance avec les Mondiaux courte ou moyenne distance. Parmi eux, deux Belges, le Nalinnois Nicola Bucci et le Jalhaytois Xavier Diepart. Le premier, jeune et fougueux, fait figure de surdoué sur nos sentiers tandis que le second a de l’expérience dans sa besace et un passé de triathlète, qui l’a amené à boucler 25 Ironman, dont six fois celui d’Hawaï.

© hugé

"Pouvoir amener deux athlètes aux Mondiaux et faire partie de ceux-ci est une belle satisfaction, une fierté même", souligne Xavier Diepart. "C’est une première expérience à ce niveau en trail en ce qui me concerne. Difficile donc de savoir à quoi m’attendre. Mais je pense que, sur du long, j’ai quelques cordes à mon arc, notamment au niveau de la gestion de l’effort. Attention cependant, le profil de la course est monstrueux et les difficultés iront crescendo."

Bucci, 44e en 2017

Le duo s’envolera ce jeudi en fin de journée pour l’Espagne, où il faudra encore rejoindre l’hôtel où séjourne l’ensemble des délégations. Une expérience que Nicola Bucci a déjà vécue malgré ses 28 ans. En 2017, il était déjà de l’aventure des Mondiaux (sur 48 km) en Italie, en compagnie de Mathieu Deville et d’Etienne Van Gasse. Il y avait fini 44e. "Ici, on est sur un ultra. 85 km, c’est autre chose. Il y a tellement d’éléments qui peuvent venir perturber ta course qu’il est difficile d’émettre un pronostic, indique Nicola Bucci, impatient d’en être. C’est un de mes gros objectifs de la saison. Sur place, on verra comment je me sens après 20-30 km. Mais terminer serait déjà une excellente chose."



Réaction: Christian Maigret (DT LBRA)

“Le trail est une des disciplines de l’athlétisme. À ce titre, il est important pour la fédération de marquer le coup à l’occasion de ces Mondiaux en envoyant des athlètes. Il s’agit d’une délégation nationale, même si, dans les faits, elle est composée de deux représentants de la LBFA. Voici quatre ans que nous avons pu consacrer un budget pour le trail, avec pour volonté de soutenir les meilleurs athlètes francophones dans leur préparation.”


Des Mondiaux boudés par les stars ?

Un total de 342 athlètes, issus 49 délégations, prendra part à ces Mondiaux dans le nord de la région de Valence. Si le niveau du plateau est en constante augmentation depuis la création de l’événement en 2007, force est de constater que les figures de proue de la discipline, comme Kilian Jornet ou François D’Haene, font l’impasse sur ce rendez-vous. 

La force médiatique d’un UTMB, d’une Diagonale des Fous ou encore d’un Marathon du Mont-Blanc reste sans commune mesure avec celle des Mondiaux. 

Succéder au champion en titre, l’Espagnol Luis Alberto Hernando (qui fait partie des grands favoris), reste néanmoins une belle ligne sur le C.V. d’un athlète.