Running Christian Marchot, secrétaire du RC Spa et coordinateur des Crêtes, pointe les éléments qui font le succès du rendez-vous spadois, qui se décline aujourd’hui sur de multiples distances. Place, ce samedi, à la 41e édition.


1. Un ancêtre

“Les Crêtes de Spa fêtent ce samedi leur 41e édition. L’épreuve faisait alors office de précurseur, suivant l’esprit Spiridon propre à cette époque”, témoigne Christian Marchot. L’engouement autour du running, alors course hors stade, n’était pas le même qu’aujourd’hui. Les Crêtes furent même l’une des premières courses grand public en Belgique, à une époque où la discipline était sous contrôle de la fédération. “Cette ancienneté fait que la course est très bien implantée et reconnue de beaucoup dans le milieu. Dans la région mais aussi dans toute la Wallonie et, désormais, au-delà.”

2. La région

Spa et sa région se prêtent particulièrement bien à la pratique de la course dite “nature”, terme utilisé bien avant que le trail ne devienne la discipline en vogue qu’elle est aujourd’hui. Le Thier des Rexhons, Cherville ou encore, depuis l’an dernier, la promenade Jacques Houyon sont autant de difficultés qui font que les coureurs se déplacent, parfois de loin, jusqu’à Spa. “Sur les Crêtes, 85 % de la course se fait dans les bois. Seul le début doit être organisé sur des routes plus larges afin de pouvoir digérer la masse de participants sur les premiers kilomètres. Monter une piste de ski en courant en Belgique, cela reste particulier. Tout comme découvrir cette magnifique région”, souligne Christian Marchot.

3. La convivialité

Aucune course en Belgique ne vous dira le contraire. Mais les Crêtes de Spa font partie de celle où la convivialité règne en maître mot. “On ne se prend pas au sérieux, confirme Christian Marchot. Notre objectif est que tout le monde, du premier au dernier, passe un bon moment.” La croissance et la professionnalisation des Crêtes ces dernières années n’y changent rien. “Nous avons nos valeurs et nous les garderons, martèle-t-il. Bien sûr, il y aura toujours des mécontents mais, je pense, nous avons trouvé le bon équilibre entre professionnalisme et convivialité.”

4. Ouverts aux évolutions

Leur statut “d’anciennes” ne fait pas des Crêtes une course vieillote. Bien au contraire. Le rendez-vous spadois a su évoluer, pour répondre aux impératifs d’une épreuve moderne mais aussi pour satisfaire un public toujours plus large et varié. Son rapprochement avec la société Golazo voici quelques années a professionnalisé le rendez-vous, le rendant certes un peu moins accessible, mais lui donnant une autre dimension. Depuis, outre le légendaire 21 km, sont venues se greffer de nombreuses épreuves, dont cette année un nouveau 32 km trail. “Que ce soit au niveau du parcours ou de l’organisation, nous avons toujours essayé de répondre aux attentes, reprend Christian Marchot. S’associer avec Golazo, pour un petit cercle athlétique comme celui de Spa, était devenu indispensable face au succès de l’épreuve. Aujourd’hui, nous ne sommes plus obligés de prendre une semaine de congé avant l’épreuve et de devoir porter les barrières Nadar pour les placer le long du parcours…”