Running Ce samedi se tiendra l’Ecotrail de Bruxelles. Plus qu’une course à pied, il s’agit d’un concept qui a essaimé dans neuf grandes villes européennes

Oui, on peut pratiquer le trail ailleurs qu’en pleine nature. Oui, on peut organiser un évènement de masse tout en se montrant respectueux de l’environnement.

Ces deux affirmations résonnent comme des évidences aujourd’hui. Elles ne l’étaient pas en 2007 quand une poignée de traileurs parisiens eurent envie de partager leur passion et leurs terrains d’entraînement avec d’autres coureurs en provenance de toutes les régions de France. L’année suivante, ils organisèrent la première édition de l’Ecotrail de Paris. Pas moins de 1.500 coureurs se présentèrent au portillon de départ. Dix ans plus tard, ils sont dix fois plus nombreux ! C’est dire si le concept des courses nature en milieu urbain a trouvé son public. Ou plutôt ses publics !


Voyage, voyage

Qui s’intéresse un tant soit peu à l’évolution de la course à pied en Belgique ne peut ignorer que Bruxelles aussi organise son Ecotrail chaque année depuis 2012. La 7e édition est d’ailleurs prévue ce samedi. Quand les pionniers parisiens voulurent exporter leur concept dans les autres pays, ils ont d’abord frappé à la porte de l’ASBL "Sport et santé" qui non seulement avait déjà démontré son savoir-faire dans l’organisation de courses urbaines mais qui en outre partageait la même fibre écologique. L’idée d’une réplication de la course française fut accueillie avec d’autant plus d’enthousiasme que Bruxelles, en sa qualité de capitale la plus verte de l’Union européenne, constituait évidemment un terrain de jeu idéal. D’ailleurs le succès de l’épreuve belge donna ensuite des idées à d’autres organisateurs et le concept d’Ecotrail essaima aux quatre coins de l’Europe. D’abord à Oslo en Norvège et à Funchal sur l’île de Madère au Portugal en 2015. Puis à Madrid en Espagne en 2016, Stockholm en Suède et Reykjavik en Islande en 2017 et enfin Genève en Suisse et Florence en Italie cette année.

Toutes ces villes ont un cahier des charges à remplir, tant au niveau de l’organisation des courses que des préoccupations environnementales. Un label Ecotrail, ça se mérite ! Toutefois ces contraintes ne les empêchent évidemment pas d’apporter leur petite touche personnelle.

Si le 80 kilomètres reste la distance-reine, chacun est libre de combiner les épreuves comme bon lui semble. Bruxelles, par exemple, est la seule à proposer une épreuve de Run&bike ; Paris des marches nordiques chronométrées ; Funchal un dénivelé positif exceptionnel de 5.200 mètres sur 80 bornes ; Florence une course nocturne de 13 kilomètres le vendredi avec un classement spécial pour les coureurs participant également le lendemain aux trails de 42 ou 80 kilomètres ; Reykjavik des départs tard dans la soirée afin de permettre aux participants de profiter des extraordinaires nuits estivales dans l’arctique où le soleil ne se couche pratiquement jamais. Ainsi, le format reste le même. Mais chacune des neuf courses sera vécue comme une nouvelle aventure.


L’Ecotrail de Bruxelles en bref

L’Ecotrail de Bruxelles se déroulera donc ce samedi 8 septembre au Droh ! me (l’ancien hippodrome de Boitsfort). Un grand nombre de courses et de marches sont au programme sur des distances qui vont de 10 à 80 kilomètres afin que chacun puisse trouver un défi à sa mesure. Infos :  www.brussels.ecotrail.com


Ecotrail : les dates à retenir

  • Bruxelles : 8 septembre 2018
  • Funchal : 27 octobre 2018
  • Madrid : 10 novembre 2018
  • Paris : 16 mars 2019
  • Florence : 30 mars 2019
  • Oslo : 25 mai 2019
  • Genève : 1er juin 2019
  • Stockholm : 15 juin 2019
  • Reykjavik : 6 juillet 2019