Running Trois jours après sa première victoire sur le Delhalle à Charleroi, le Gaumais a récidivé sur le semi-marathon de Beckerich

Après deux deuxièmes places à Erpent et à Chimay, l’envie d’enfin s’offrir un bouquet sur le Delhalle chatouillait plus que jamais les mollets de Nicolas Navet, lors des 15 km de Charleroi. Le Gaumais n’a pas traîné pour assouvir ses démangeaisons, en faisant samedi la nique à l’Anglais Killian Mooney, 2e, et à Lahcen El Matougi, récent vainqueur du semi-marathon de Namur. Nicolas Navet a couvert les 14,4 km en 48 minutes. "Je n’en reviens pas, je n’ai jamais couru aussi vite, en 3’24" du kilomètre, d’habitude je cours au mieux en 3’30", sourit Nicolas Navet. "Après un départ prudent, je suis revenu sur le leader au 6e km. J’ai directement accéléré, et ai pris 30 m, 50 m, 100 m d’avance. J’ai dû maintenir le rythme pour m’imposer, l’Anglais revenait bien."

Tout sauf rassasié, Navet ne s’est pas reposé sur ses lauriers et a couru mardi le semi de Beckerich, au Grand-Duché. Et s’est encore imposé sur un terrain tout sauf évident, en 1h13’, avec 40 secondes d’avance sur un Italien. 

"En trois participations, je m’étais classé 4e, 3e puis 2e, j’espérais gagner" , confie Nicolas Navet. "Comme à Charleroi, je sentais déjà avant la course que j’avais des jambes de feu. J’améliore de trois minutes mon temps de 2017. Je n’en reviens pas de mon chrono et d’avoir enchaîné de la sorte. J’ai été aussi vite que mon record sur un semi plat, à La Haye, alors qu’il y avait 500 m de dénivelé positif, et de la boue et des ornières par endroits. Seuls deux coureurs, l’Éthiopien Kinde et l’Anglais Tickner, ont couru plus vite à Beckerich en vingt éditions. Le deuxième, l’Italien, vaut 31 minutes sur 10 km."

Delhalle: Objectif podium

Hormis une blessure et alors que l’on n’en est pourtant qu’au tiers de la compétition, cinq manches suffisant à figurer au classement final, on voit désormais déjà très mal ce qui pourrait contrecarrer les rêves de podium de Navet. "Diaz, qui n’était pas à Charleroi, est normalement plus fort, mais la deuxième place est largement envisageable", espère un Nicolas Navet encore et toujours plus fort.