Running

Le Roumain au look atypique, encore peu connu avant l'UTMB, a fini 2e du sommet mondial du trail

Un Autrichien, un Letton, un Norvégien et un Roumain. Le Top 10 de l’UTMB n’avait jamais été aussi international. Preuve que le trail commence vraiment à toucher tous les pays du monde. Mais pour nos compatriotes, pas encore question d’aussi belles places, le premier d’entre eux, Jurgen Hendrickx, finissant à la 138e place.

Si les Français et les Espagnols ont installé deux des leurs dans le Top 10, les coureurs du pays de l’Oncle Sam ont connu un fiasco total avec leur meilleur représentant classé 12e alors qu’ils étaient quatre dans le Top 10 en 2017.

Cap à l'est

Désormais le trail se tourne aussi vers l’est. Gediminas Grinus, le Lituanien, avait fini 8e à la surprise générale l’an dernier, mais cette année on a eu droit à plus fort avec la victoire du Polonais Swierc à la TDS en guise d’apéritif et, surtout, la 2e place de Robert Hajnal sur l’UTMB.

Le Roumain était parti très prudemment puisqu’il n’a intégré le Top 10 qu’au 70e km avant de profiter des abandons, défaillances et d’une meilleure gestion de course pour finir 2e.

Avec son pantalon noir et large, le look d’Hajnal a quelque peu détonné, bien qu’il ne soit pas un novice sur les épreuves d’ultrafond. Il n’avait cependant jamais obtenu de résultats vraiment marquants à l’exception d’une 5e place en 2017 au Lavaredo. Cette année, il avait pris la 15e place aux Mondiaux. Du coup, difficile pour lui d’imaginer le résultat de ce week-end, lui qui avait souvent connu des problèmes de nutrition par le passé.

"C’est un peu un miracle pour moi. J’ai bien travaillé et j’ai une bonne stratégie nutritionnelle. J’ai été patient en espérant que certains bons coureurs connaissent des problèmes. Se dire qu’on est à la même place que Jornet l’an dernier, c’est incroyable", expliquait-il. One shot ou pas à ce niveau, toujours est-il que Robert Hajnal aura marqué les esprits, et pas que du point de vue vestimentaire.