Running

Ce dimanche, Aywaille sera le cadre de la 13e édition du parcours trail offrant le plus de dénivelé positif dans le pays


OHM, trois lettres qui ne sont pas le diminutif d’un Diable rouge, ni celles d’un arrondissement judiciaire et électoral belge , mais qui représentent l’unité de résistance électrique dans le système international. Symbolisée par la lettre grecque Ω, elle fait référence au physicien auteur de la loi physique éponyme, l’Allemand Georg Ohm.

De résistance, il en sera question ce dimanche sur les hauteurs d’Aywaille. Mais ce sera la résistance à l’effort (d'où la référence à l'Ohm) dont devront faire preuve les valeureux traileurs qui défieront la distance classique de 35 km ou celle XL de 50 km avec respectivement leurs 1800 et 2400 m de dénivelé positif. Difficile de trouver parcours plus vallonnés dans le plat pays.

Mais l’autre l’attrait, sans doute le principal, de cette épreuve est le cadre offert. Le parcours emmènera les traileurs à travers des réserves naturelles, des sentiers comparables à ceux que l’on peut trouver dans les montagnes en France.

Faire souffrir avec le sourire

Les coureurs pourront ainsi découvrir de splendides coins sauvages de la région d’Aywaille comme la vallée du Ninglinspo (variée dans tous les sens du terme selon les organisateurs), la Haie des Gattes, les Fonds de Quarreux et d’autres lieux enchanteurs et terriblement exigeants pour les organismes… jusqu’au dernier mètre comme témoigne Julien Libert, blogueur des « Sentiers du Phoenix ».

« Quels paysages ! On se croirait dans les Vosges ou en Auvergne pourtant l’air qui balaye ces vallées provient du fond de la majestueuse forêt d’Ardenne», explique-t-il.

« Oui, on souffre, oui, on se fait du mal, oui, on fait des sacrifices mais ils ne sont pas vains face à un tel décor. Arrivé à Remouchamps, la montre indique encore 1 kilomètre à parcourir. Il ne reste pratiquement plus rien et normalement c’est tout plat. Enfin, c’est ce que je pensais… », termine Julien Libert.

Faire souffrir avec le sourire est la devise en rime de l’OHM trail. 

Ce mardi, dans notre supplément hebdomadaire Belgium Running, nous demanderons à ceux qui s’y frotteront cette année si cela est bien le cas. Ils répondront à notre question : « est-ce le trail le plus dur de Belgique ? » et tenteront des comparaisons avec d’autres trails réputés qu’ils ont disputé à l’étranger.