Omnisports Le jeune Tournaisien de 19 ans a participé à trois courses des Mondiaux de Lahti. Une première pour le ski belge depuis Pascal Parmentier.

S’il est belge d’origine et que toute sa famille (grands-parents, etc.) habite encore en Belgique, Thibaut De Marre réside à Méaudre dans le Vercors depuis son plus jeune âge. Ce qui lui permet d’avoir un terrain d’entraînement complet et proportionnel au haut niveau.

Alors qu’il n’est âgé que de dix-neuf ans, sa progression lui a permis d’obtenir sa sélection pour les Championnats du Monde de ski de fond qui viennent d’avoir lieu à Lahti (Finlande).

"Ma sélection s’est faite naturellement, étant le seul fondeur et ayant un bon niveau en Belgique", nous explique Thibaut De Marre. "Thierry et Stephan Langer sont également venus pour constituer une bonne petite délégation. Sinon, habituellement, je participe aux coupes de France, coupes de Suisse et certaines coupes d’Europe. Ce qui me permet d’aller chercher des points FIS qui sont incontournables pour grimper dans la hiérarchie mondiale."

Voilà donc notre homme et son entraîneur, Alain Polmans embarqués pour Lahti avec un seul objectif en tête, se glisser dans le Top 10 de la course de qualification qui donne accès aux autres courses de ces Championnats du Monde.

"Clairement, si je parvenais à me glisser dans ce Top 10 , j’avais déjà rempli mon contrat et si possible, faire moins de 140 pts, ce qui me permettait de prendre part à toutes les courses, un rêve ! Alors imaginez ma joie d’avoir pris cette 5e place sur plus de 60 participants et 130 pts FIS. Je me suis rendu compte que tout le travail que l’on a effectué avec mon coach tout au long de l’année n’avait pas été fait pour rien. J’avais beau regarder le tableau, je n’en revenais pas, mon nom était tout dessus du classement alors que j’étais tout simplement le plus jeune participant au départ."

Après un sprint, un format qu’il n’apprécie pas spécialement, Thibaut va vivre le plus grand moment de sa carrière avec le Skiathlon.

"S’en doute la plus belle expérience de ma vie et de sportif !" explique-t-il avec des étoiles dans les yeux. "Un départ en masse avec les meilleurs mondiaux, être acclamé par des milliers de spectateurs dans le stade, une course magnifique même si je n’ai pu la terminer (NdlR : rattrapé par les meilleurs, il a été arrêté par les organisateurs). Ce genre de course qui donne envie de continuer ce qu’on fait et de progresser pour arriver au meilleur niveau."

Il restait encore le 10km classique avec un départ parmi les derniers et là encore, une grande expérience avec quarante-cinq minutes de course sur le parcours le plus exigeant du monde.

"N’importe quelle course des mondiaux donne envie de progresser, et se faire doubler par Johan Olsson, skieur que j’adore, fait vraiment parti d’une expérience que j’ai eu beaucoup de chance de vivre. Ma place a été très bonne également car en finissant 73e sur 87. Maintenant, on va pouvoir se concentrer sur d’autres gros objectifs comme les JO 2018 de PeyonChang."


Alain Polmans : "Viser une qualif pour les JO"

Pour s’occuper de sa formation, Thibaut De Marre peut compter sur le soutien indéfectible d’Alain Polmans. Ce Belge s’est installé dans le Vercors depuis dix ans et est entraîneur fédéral au sein de la Fédération française de ski. "J’y ai entraîné des jeunes pendant 7 années et depuis l’an dernier, je m’occupe plus spécifiquement de la construction sportive vers le niveau international de Thibaut. Jusqu’à présent, il avait obtenu sa sélection pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse en ski de fond en Norvège à Lillehammer et cette année, on a atteint l’objectif de cette sélection pour les Mondiaux. Ce qu’il a réalisé à Sochi est assez remarquable. Il est le seul sorti des qualifications à oser se mesurer au gratin nordique des longues distances et d’avoir fait, en une semaine, trois courses, dont la qualification. Mais maintenant, notre objectif est d’obtenir une première sélection en ski de fond aux JO pour un athlète belge."