Autres sports Joachim Gérard sera aussi de la partie à la Coupe du monde

LOUVAIN-LA-NEUVE Mike Denayer n'est pas le seul junior belge sélectionné pour la Coupe du monde qui se déroulera en Nouvelle-Zélande, à Christchurch, du 19 au 25 janvier 2004. En fait, ils seront deux joueurs, accompagnés par leur entraîneur Ronny Van Langendonck, à défendre les couleurs de la Belgique face aux cinq autres pays participants (Etats-Unis, Pays-Bas, Allemagne, Australie et Grande-Bretagne). L'autre représentant belge se nomme Joachim Gérard, citoyen d'Ottignies et qui n'est autre que le meilleur ami de Mike. Les deux adolescents, qui se sont rencontrés sur les courts et s'associent fréquemment pour les compétitions de double, s'entendent comme larrons en foire. Mais ils sont aussi de féroces adversaires l'un pour l'autre!

«Ils ont suivi une trajectoire assez semblable et leur évolution parallèle n'est pas sans rappeler, à une autre échelle, celle de Justine Henin et de Kim Clijsters, explique Michel Denayer. Comme ils se tiennent de très près, il se produit la même émulation entre eux. Ils tirent de leurs affrontements directs une source de motivation énorme et leurs progrès devraient leur permettre de grimper rapidement dans la hiérarchie mondiale, qu'ils viennent d'intégrer après leur participation au prestigieux British Open, et aux Opens de Belgique, d'Anvers et d'Ath.»

Cinquième et sixième Belges

A l'heure actuelle, Mike est classé en 318e position tandis que Joachim se trouve à la 336e place. Et rappelons que les deux amis, respectivement deuxième et troisième joueurs francophones, ne sont que juniors! Au niveau national, Mike et Joachim émargent aussi au peloton de tête, au regard de leur cinquième et sixième place respective. Il est vrai qu'ils peuvent se targuer de quelques beaux succès, en championnat de Belgique (série B) pour Joachim en 2002 et ensemble un an plus tôt. Cette année encore, en série A, les deux garçons ont particulièrement brillé, Jo remportant le critérium et Mike faisant main basse sur le Masters, épreuve réunissant les quatre premiers classés de ce même critérium et qu'ils ont tous deux remportée par le passé en série B et C.

«Ils passent en période scolaire de quatre à huit heures sur les courts en moyenne, explique le papa de Mike. Et, pendant les vacances, ils ont passé pas moins de cinq semaines sur des tournois internationaux. La charge de travail ne leur fait pas peur!»

© Les Sports 2003