Autres sports

Il a arrêté le cricket pour s'adonner au sprint sur les conseils de son prof de gym

"Je cours mieux quand je suis relax"


Sa BMW sinistrée, il l'échappe belle...


BRUXELLES Usain Bolt, alias l'homme le plus rapide du monde est né le 21 août 1986, à Trelawny, au nord-ouest de la Jamaïque. Son père Wellesley, ouvrier dans une distillerie de café, avait déjà deux enfants quand est né Usain de son union avec Jennifer.

Celle-ci ne manque pas d'humour en disant que la seule fois de sa vie où Usain fut lent, ce fut à la naissance. "Il est arrivé avec une semaine de retard !" sourit-elle. Le... petit Usain a donc grandi à Trelawny, jouant au cricket comme tous les enfants de son âge. À l'école, il pratiquait également l'athlétisme.

C'est Pablo McNeil , son prof de gym, qui attira l'attention de son père sur les incroyables qualités de sprinter d'Usain et qui lui conseilla d'arrêter le cricket pour se concentrer sur l'athlétisme. "Je savais qu'Usain voulait devenir joueur de cricket comme moi, mais il n'était pas assez bon pour passer pro", raconte Wellesley Bolt. "Je lui ai donc dit d'opter pour l'athlétisme. Alors qu'il était âgé de 12 ans, j'avais déjà vu qu'il était très rapide, mais je n'ai jamais pensé qu'il serait capable de courir aussi vite."

En fait de conseil, il s'agissait d'un ordre comme l'explique Usain Bolt : "Je ne voulais pas de dispute ! Mon père était très strict et, parfois, j'en avais peur."

Il est vrai qu'Usain a de qui tenir puisque son père est aussi imposant que l'homme et l'athlète qu'il est devenu (1,96 m, 86 kg). De l'époque date également son amitié, d'abord, amour, ensuite, pour Mizicann Evans, une voisine de quartier, avec qui il est officiellement lié depuis l'année 2004.

Mais, revenons-en au champion en herbe. Comme celle de la pelouse de la William Knibb High School sur laquelle Usain Bolt déroula ses premières foulées avec, à la clé, un chrono de 21.73 à l'âge de 14 ans. Attirant l'attention des dirigeants fédéraux, il fut sélectionné, à 15 ans, pour les Championnats du Monde juniors qui avaient lieu à... Kingston. "Mais il ne voulait pas y participer !" se souvient Jennifer Bolt. "Il était en pleurs. Il disait qu'il avait trop peur de courir contre des garçons qui étaient plus grands et plus forts que lui. Il avait tout simplement peur de perdre. En fait, Usain déteste perdre. Je l'ai compris pour la toute première fois à cette occasion..."

Surmontant sa peur, Usain Bolt s'aligna quand même, devenant le plus jeune champion du monde juniors du 200 m en 20.61. Il avait exactement 15 ans et 332 jours ! Jennifer Bolt encore... "J'ai toujours su qu'il deviendrait aussi fort ! Ainsi, à l'âge de trois semaines, Usain est tombé de son lit et je l'ai retrouvé en train de ramper dans la chambre. Il était un enfant hyperactif."

Athlète précoce, il descendit pour la première fois sous la barrière des vingt secondes (19.93), en 2004, tout en étant très indiscipliné, se régalant au... fast-food ou se défoulant sur la piste de... danse d'une boîte disco. Comme pour beaucoup, la transition vers le monde professionnel ne fut pas aisée. Souvent blessé, au dos et aux ischios, Bolt manqua deux premiers rendez-vous en 2004, à Athènes, et puis, en 2005, à Helsinki, tandis que son compatriote Asafa Powell, de quatre ans son aîné, s'emparait du record du monde en 9.77.

Usain prit, alors, conscience que le talent seul ne suffirait pas pour grimper dans la hiérarchie du sprint mondial. Enfin épargné par les blessures, il émergea en 2007, à Osaka, décrochant la médaille d'argent sur 200 m, juste derrière Tyson Gay...

Athlète au potentiel incroyable, le Jamaïcain était pressenti sur le tour de piste, vu sa taille (1,96 m). Mais le 400, Bolt n'en a jamais voulu ! Cette aversion fut même la clé de sa conversion au 100 m. "Je voulais juste ne pas courir le 400 m", explique-t-il. "Au lycée, je ne m'entraînais pas sur cette distance. Trop dur !"

Alors, il insista auprès de son entraîneur, Glen Mills, pour que celui-ci accepte de le laisser courir le 100 m. Sa première expérience date du 18 juillet 2007.



© La Dernière Heure 2009