Omnisports

Engagées, ce vendredi, en -70 kg, Lola Mansour et Gaby Willems ont connu le même triste sort que Charline Van Snick et Myriam Blavier, en -52 kg : une élimination d'emblée.

Une sortie trop précoce pour Fabrice Flamand, entraîneur fédéral de nos judokas féminines, pour lequel ces Championnats d'Europe sont terminés. « Oui ! C'est dommage parce que les jeunes, Myriam et Gaby, n'ont pas démérité. En revanche, Charline et Lola peuvent s'en vouloir. Elles n'étaient pas à leur niveau, ont manqué d'agressivité. Je ne sais pas ce qui s'est passé avec Charline, dont s'occupait Dimitri Dragin. Pour ce qui est de Lola, la victoire s'est jouée sur une pénalité, en prolongation, qu'elle a encaissée pour être sortie du tatami. Bon... Mais elle manquait de punch. Myriam a également été battue sur pénalité, face à la Portugaise Freitas, plus expérimentée qu'elle. Elle en tirera beaucoup d'enseignements pour l'avenir parce qu'elle est encore jeune. Et Gaby s'est inclinée, aussi en prolongation de son combat contre la Néerlandaise Ausma, âgée comme elle de 19 ans. Mais je pense que son adversaire aurait dû être pénalisée plus tôt pour passivité. Pire : c'est en attaquant que Gaby a perdu sur un contre. »

A l'heure du bilan, Fabrice Flamand grince donc des dents, tout en précisant qu'il devra analyser à tête reposée les combats. « On apprend souvent plus d'une défaite que d'une victoire. Nul doute que Myriam et Gaby, dont c'était la première participation aux Championnats d'Europe seniors, en tireront les leçons. Elles sont talentueuses et le staff fédéral croit en elle. Pour Lola, il faudra sans doute revoir comment aborder la journée où elle combat parce que sa préparation a été excellente. Mais il faut être prêt le jour J. Et, visiblement, Lola n'était pas dedans. »