Omnisports La Belgique joue sa place dans le Finale Six de la World league face à des adversaires qui font sensation depuis deux ans.

Depuis son titre en World League il y a deux ans et son sacre européen dans la foulée, la France impressionne. Qualifiée pour les Jeux, elle n’a certes pas décroché une médaille mais elle a réussi à retrouver sa place dans le gratin mondial depuis que Laurent Tillie a déniché la recette pour faire briller ces jeunes bourrés talents, champions d’Europe juniors en 2008.

Depuis l’épisode olympique de Rio, la France restait tout de même invaincue jusque ce vendredi 16 juin. Moment choisi par l’Italie, pourtant à la dérive depuis le début de la Ligue Mondiale, de rappeler qu’elle n’est pas vice-championne olympique pour rien malgré l’absence de stars comme Zaytsev.

La force des Bleus, c’est de pouvoir se relever à tout moment et de n’avoir peur de rien. Moins de 24 heures après ce 3-2 contre la sélection transalpine, les Français donnaient une leçon au Canada (3-0/25-16, 25-15, 25-21).

Pourtant, Laurent Tillie n’alignait pas Rouzier (retraité) ou encore son fils Kevin et encore moins Ngapeth. Le numéro 9 français, dont la balle de match contre la Slovénie en finale de l’Euro 2015 restera gravée dans l’histoire du volley, est bien présent à Anvers pour voir son équipe confirmer son leadership du groupe 1 de la World League mais la star française ne veut prendre aucun risque avec sa déchirure abdominale. "J’espère être là pour le Final Six", a confié celui que ses équipiers qualifient de "mec qui joue sur Saturne."

Mais la team Yavbou, c’est aussi cette capacité de renouvellement sans pour autant perdre de sa superbe. À l’image d’un jeune Stephen Boyer qui vole actuellement dans cette attaque française à seulement 20 ans et qui ferait même oublier le fantasque Ngapeth ou encore Le Goff qui s’est contenté d’admirer la performance d’une équipe qui se fait tant plaisir sur chaque point.

Ne rien lâcher même si on est déjà au Brésil pour le Final Six, la France en a fait son crédo alors qu’elle retrouve sur sa route la Belgique ce dimanche qu’elle a côtoyé en amical ces dernières semaines. Un adversaire que les Bleus ont complètement largué ces dernières années sur la scène mondiale. Ce nouvel affrontement servira aussi de test avant le match de poule de l’Euro du 25 août où la France espère bien conserver son titre.