Omnisports

Les Wawas se sont payés le scalp d'un des plus gros palmarès du volley-ball belge

Waremme qui gagne à Maaseik, peu auraient parié là-dessus, surtout au vu du début de championnat poussif des Wawas.

Et pourtant, les hommes de Dimitri Piraux en sont repartis avec une victoire, la 2e de la saison, mais aussi après avoir remonté un handicap de deux sets. C’est ce qu’on appelle donc un exploit. 

“C’est tactiquement qu’on a vraiment pris le dessus”, souffle Dimitri Piraux, l’entraîneur. “Abinet et Csanad, lequel a certainement trop forcé avec sa hanche même si la cellule médicale fait un boulot fantastique, ont vraiment éprouvé des difficultés au début et l’entrée des substituts a tout relancé.”

"Mentalité exemplaire"

Vingt-quatre heures après cette victoire, l’exploit était toujours en tête. “J’ai vécu pas mal de choses positives durant ma carrière de joueur avec la Coupe d’Europe ou encore le titre de champion avec Walhain mais là, c’est vraiment autre chose. J’ai donc profité du moment présent mais à présent, il faut tourner la page.”

Ce deuxième succès consécutif permet de lancer véritablement lancer les Hesbignons dans leur saison même si, en interne, on ne préfère pas s’emballer. “Rien n’est fait ! Le travail n’est pas fini, l’objectif n’est pas encore atteint. Samedi, on s’est rendu compte qu’on pouvait gagner ce genre de match. Le positif, c’est aussi la mentalité exemplaire de tous. Maintenant, on se reconcentre sur Menin. C’est peut-être le déclic qui nous manquait.”