Paris Sportifs

Qui va affronter le Portugal de Ronaldo en finale de l'Euro dimanche ? L'Allemagne championne du monde ou la France, pays organisateur, qui rêve de signer un exploit majuscule ? Réponse jeudi après la seconde demi-finale à Marseille.

Allemagne-France en demie, cela rappelle forcément des souvenirs douloureux aux supporters français de plus de 40 ans. Le Mondial-82, l'agression du gardien allemand Harald Schumacher sur Patrick Battiston, la sortie sur civière du défenseur tenu par la main par Michel Platini, les buts de Marius Trésor et d'Alain Giresse en prolongation avant la déroute aux tirs au but (3-3 a.p., 5 t.a.b. à 4): autant d'épisodes d'un match légendaire entré dans l'imaginaire collectif côté français.

Côté allemand au contraire, ce souvenir n'évoque rien de plus qu'une énième demi-finale victorieuse. Car la France n'est toujours pas parvenue à prendre sa revanche sur son rival dans une phase finale et reste sur une défaite amère en quarts de finale du Mondial-2014 (1-0).

Ce match avait matérialisé le gouffre entre les deux équipes.

"La France est un peu plus forte" qu'en 2014, assure le sélectionneur allemand Joachim Löw. En rappelant dans la foulée que la Mannschaft "sera l'adversaire le plus difficile pour elle jusqu'ici" dans cet Euro-2016.

"Schweini" titulaire

Pour entrer dans la cour des grands et ramener la France dans une finale, dix ans après la Coupe du monde 2006, les Bleus n'ont donc d'autre choix que de vaincre ce vieux rival jusque-là intouchable.

"On a une nouvelle page à écrire, insiste le sélectionneur français Didier Deschamps. Elle est blanche, les joueurs peuvent la remplir."

La tâche sera toutefois immense pour une équipe amputée de cinq titulaires de 2014 (Varane, Sakho, Debuchy, Valbuena, Benzema). L'Allemagne, lancée dans la quête d'un doublé Coupe du monde-Euro, n'a pas été étincelante mais a affiché une solidité et une cohésion impressionnantes.

Elle sera privée d'éléments majeurs (Hummels suspendu, Gomez et Khedira forfaits) après sa qualification contre l'Italie au terme d'une séance de tirs au but irrespirable (1-1, 6 t.a.b à 5). Mais ce groupe a suffisamment de ressources pour briser les espoirs du pays-hôte, à l'image du buteur Thomas Müller, muet pour l'instant mais capable de se réveiller à tout moment.

Et l'emblématique Bastian Schweinsteiger, un temps incertain à cause d'un genou, sera non seulement disponible mais aussi titulaire, pour la première fois dans cet Euro.

En attendant le résultat final, Johanna Pierre et Pierre-Alexis Matton préfacent la rencontre et livrent leur pronostic pour DH.be !