Paris Sportifs

Les Islandais ont beau répéter qu'ils sont insensibles à la pression avant le quart de finale de l'Euro dimanche soir (21 heures) à Saint-Denis contre la France, les mots ont un peu changé vendredi, avec des formules comme "étape très importante dans l'histoire du sport islandais" ou encore "inspiration pour les années à venir".

L'Islande voudrait bien dire qu'elle reste zen, dans la quiétude de son camp de base d'Annecy (Alpes françaises), mais le rendez-vous de dimanche s'accompagne d'un discours plus sentencieux.

L'importance du moment se lit désormais dans les déclarations de l'ailier de Kaiserslautern Jon Dadi Bödvarsson et du défenseur d'Hammarby Bikir Saevarsson, coiffés comme des lycéens devant la presse vendredi, et de leur coach Lars Lagerbäck, aux allures de proviseur derrière ses lunettes rectangulaires.

Ce dernier a d'abord déroulé son discours bien rôdé: "Il y a une continuité dans cette équipe islandaise. Elle ne me surprend plus désormais. Les joueurs se connaissent bien et ont l'habitude de jouer ensemble. Depuis 2012, ils ont constamment évolué positivement".

Mais le Suédois a bien été obligé d'élargir le spectre de son analyse: "L'expérience de ce tournoi va nous inspirer pour les années à venir".

"Ce match est effectivement une étape très importante dans l'histoire du sport islandais et pour le futur de notre sélection", a rebondi Jon Dadi Bödvarsson.

L'enjeu commencerait-il à peser sur les épaules des vikings?

Difficile pour eux de rester dans leur bulle quand la demande pour leur maillot national est "supérieure de 1.800% à nos prévisions", comme le constate Omar Smarason, chargé de la communication de la sélection.

En attendant le résultat final, Johanna Pierre et Pierre-Alexis Matton préfacent la rencontre et livrent leur pronostic pour DH.be !