Rugby La Belgique est championne d’Europe et retrouvera l’antichambre du Six Nations.

Samedi les Diables Noirs ont décroché le graal en s’imposant en Moldavie 9-10. Une victoire à la Pyrrhus mais qu’importe. Les Belges sont champions d’Europe en D1B et retrouvent, deux ans après l’avoir quitté, l’antichambre du Tournoi des Six Nations.

Samedi, ce fut la réussite de Chisinau, dans un élan parfait qui n’oublia pas les exigences de la conquête et de la défense en chemin. Il ne fut pas d’autre volonté à louer dans le chef des hommes de Guillaume Ajac que celle de faire vibrer les lignes sur l’herbe et le papier, et de prolonger ces vibrations dans les tribunes, les cœurs, les micros et les salons. Il ne fut pas d’autre voie que celle des mains ouvertes pour que soit prolongé le beau message entre les générations de joueurs qui se sont succédé depuis quatre saisons. Le mentor des Diables, très ému, nous livrait ses impressions à sa descente d’avion dimanche.

"Nous avons accompli un petit exploit dans des conditions difficiles au terme d’un gros effort collectif. À 9-3, nous prenions le bonus défensif et c’était un bon résultat en soi mais nous visions plus encore. Nous avons envoyé du jeu en profitant de la fatigue de notre adversaire. Et sur cette dernière penal-touche , Gillian s’engouffre dans la brèche et Nicolas ne tremble pas sur son coup de pied. Notre bonheur était incommensurable."

Avec 37 points, la Belgique ne peut plus être rejointe au classement; le succès à Chisinau éliminant automatiquement la Moldavie de la course au titre alors que l’Ukraine affiche un déficit de points inscrits en faveur des Diables. La bande à Thomas Demolder avait pour mission de résister aux assauts des Moldaves au cours des vingt premières minutes. Ce qu’elle fit via une défense en béton où les avants rejouèrent les forçats des temps modernes, 80 minutes durant. Ce n’est qu’au jeu des pénalités que la Moldavie prit l’avantage pour mener 9-3 à dix minutes du terme.

La Belgique avait plié mais n’avait pas rompu totalement. Elle ne pouvait se contenter que du bonus offensif. Trop peu dans le chef de nos guerriers qui se mirent à envoyer du jeu pour, in fine, bénéficier de deux touches juste avant la sirène. La seconde fut la bonne, Gillian Benoy trouva l’ouverture pour déposer l’ovale entre les perches (9-8). Nicolas Meeus ne trembla pas au moment de passer la transformation pour donner la victoire aux Diables.

Le dernier match, samedi prochain en Pologne, aura un petit air de vacances pour les Diables Noirs puisque la qualification est dans la poche même si les Diables voudront terminer en beauté : "On se déplace en Pologne en champions. Nous avons la ferme intention de finir le boulot et je sens d’ailleurs que le groupe est dans les mêmes dispositions même si il y aura une certaine forme de relâchement bien compréhensible…"