Running Le coureur de Chassepierre a bouclé la célèbre Transtica au profit de la Ronde d’Adrien

Dimitri Neimry, de Chassepierre, s’était juré de soulever les montagnes du Costa Rica cinq jours durant, sur les 200 bornes de la Transtica. Le tout au profit de La Ronde d’Adrien, une ASBL venant en aide aux enfants souffrant de paralysie cérébrale. Et il fallait plus qu’une blessure persistante endurée depuis plusieurs mois déjà pour lui faire renier sa parole, tant son cœur avait succombé devant le sourire du petit Adrien.

"Il y a deux semaines encore, après trois heures de course, ma jambe gonflait, avance Dimitri Neimry. Il s’en est fallu de peu que je doive tout annuler. Mais j’ai joué au poker en décidant de ne plus courir les quinze derniers jours avant le départ."

Un coup de poker gagnant, puisque non seulement Dimitri Neimry, qui est aussi entraîneur francophone et fédéral, a bouclé les 200 km, mais il a aussi fini à une superbe 5e place, en un peu plus de 24 heures. Une performance sur laquelle il n’aurait pas misé une paire de cents même dans ses rêves les plus fous quelques jours encore avant de se présenter sur la ligne de départ de Villa Nueva.

"Vu mes conditions de préparation, mon seul objectif était de finir cette épreuve au Costa Rica, clame Dimitri Neimry. J’ai pris le départ avec un tape pour maintenir la rotule, des anti-inflammatoires et un antidouleur. J’ai encore ressenti la douleur, mais de manière plus contenue que les pics d’il y a peu encore. Même si je me suis vite demandé dans quelle aventure je m’étais embarqué, tant il faisait chaud et le taux d’humidité était élevé. J’ai déjà souffert de crampes lors de la première étape, mais lors de la seconde, je me suis senti beaucoup mieux, et cela m’a donné énormément de confiance pour la suite."

"Dans les serres de Laeken"

Des passages au-delà de 3.000 mètres, un dénivelé positif de plus de 9.000 mètres, des successions de murs à 20 % de pente et la jungle ne l’ont pas freiné non plus. "Même si j’ai souffert de l’altitude, aussi lors d’une nuit passée à essayer de dormir au-delà de 3.000 mètres, confie Dimitri Neimry. Déjà qu’il n’était pas aisé de dormir en rang d’oignons dans les bivouacs... La fatigue est aussi un paramètre qu’il a fallu gérer. Dans la jungle, je n’ai vu que quelques serpents. Les animaux sortent la nuit. Mais dans un sens, ce n’est pas plus mal, moi qui ai la phobie des iguanes et tout ce qui s’ensuit. La végétation, elle, était luxuriante. J’avais l’impression d’être dans les serres de Laeken."

S’il n’a pas perdu son temps à prendre des bains dans la mer des Caraïbes et n’a pas regretté les saunas et hammams qu’il vend, Dimitri Neimry a par contre savouré d’autres trempettes. "La période des pluies débute au Costa Rica, mais lorsqu’il fait encore 25 degrés et que, pendant cinq heures, vous prenez de la pluie tropicale sur la tête, cela fait du bien…"


L'exploit de Sylvain Lejeune

En se classant cinquième, Dimitri Neimry a signé une superbe performance. Qui est d’autant plus remarquable vu le plateau de cette dixième édition de la Transtica. Mais ce n’est pas le seul Belge à s’être distingué, le Liégeois Sylvain Lejeune décrochant la deuxième place ! "Le niveau du Top 6 était pourtant particulièrement relevé", commente à ce sujet Dimitri Neimry. "Le vainqueur, le Français Vivien Laporte, possède 850 points ITRA, ce qui équivaut au niveau des meilleurs Belges. Sylvain Lejeune, qui représentait la Belgique avec moi, finit deuxième. À 30 ans seulement, Sylvain, qui a débuté le trail il y a un an seulement après avoir pratiqué le vélo, possède un très bel avenir dans le trail."

Dimitri Neimry a, sur l’ensemble de l’épreuve, terminé deux fois sixième, deux fois cinquième et a décroché deux troisièmes places, lors d’un prologue de 3 km, et surtout lors de la dernière étape, preuve qu’il n’a pas faibli ! "Je suis évidemment plus que satisfait, sourit-il. Le doute s’était emparé de moi. Je suis parti sans être certain de mon coup, mais je me suis accroché. Je dédie ce résultat à l’association et aux innombrables personnes qui nous ont soutenus moi et La Ronde d’Adrien."

Dimitri Neimry, en plus du montant récolté, a choisi de remettre sa médaille de finisher à Adrien, élargissant ainsi encore un peu plus la banane de son plus grand supporter, ainsi qu’il se l’était juré !