Running

Le Marocain Rachid El Morabity s'est imposé au terme des 7 étapes et des quelque 250 km en auto-suffisance alimentaire

Après 32 éditions au Maroc et la première édition d’un HALF Marathon des Sables (MDS) aux Canaries, le MDS prend pied au Pérou. C’est dans le désert méconnu d’Ica/Paracas que s’est déroulée cette grande première, du 28 novembre au 4 décembre. Les 282 concurrents issus de 41 pays ont couvert 242 km en 7 jours, par des températures oscillant entre 29 et 35°C, et confrontés à des vents parfois violents.

Cette première édition du MDS sur le continent sud-américain a été dominée par les deux grands favoris, le Marocain Rachid El Morabity, déjà vainqueur de 5 MDS au Maroc, et la Française Nathalie MauclairR, deux fois deuxième au Maroc. À noter que Nathalie se classe septième au scratch – « Je savais que je pouvais faire une bonne performance, entrer dans le Top 10, mais là, septième, je n’y croyais pas ! »

Tous les athlètes élite ont été admiratifs devant l’aisance de Rachid El Morabity, qui ne cachait pas sa joie après l’arrivée : « Le désert du Pérou est très beau, je suis très content d’avoir gagné ici, j’espère revenir l’année prochaine ! »



Des Péruviens épatants

Sur les 282 coureurs au départ, 222 sont parvenus au bout de l’aventure. Parmi eux, de nombreux Péruviens on fait honneur à leur pays ; si on connaissait déjà Remigio Huaman Quispe pour sa victoire sur le Half MDS en septembre et sa cinquième place au MDS Maroc en avril, on a été surpris de voir émerger d’autres talents, comme Aldo Ramirez qui termine deuxième. Cyril Gauthier, Directeur du Développement du MDS, s’en félicitait après l’épreuve : « Il y a un an le monde de l’ultra-trail ne connaissait rien du Pérou, et voilà que deux athlètes de haut niveau émergent, Remigio et Aldo ; combien sont-ils comme eux ? Je suis très heureux que ce soit le MDS qui ait permis de découvrir ces athlètes ! »

Cette nouvelle épreuve placée en fin de saison a permis à des ultra-trailers qui n’avaient jamais programmé le MDS au Maroc à cause de son placement en début de saison de s’essayer à la course à étapes en autosuffisance alimentaire. Julien Chorier a adoré : « C’est vraiment une course différente, j’ai apprécié de partager cette semaine avec tous les autres coureurs, avec la presse, le staff. » Même son de cloche chez le vainqueur 2016 de l’Ultra-Trail World Tour, Gediminas Grinius : « Cette course m’a appris beaucoup de choses, j’ai vu des paysages incroyables, rencontré des gens formidables, j’espère revenir une prochaine année."

Le Directeur de Course Fernando Gonzalez Diaz est revenu sur les coulisses de l’événement : « Courir un MDS est très compliqué, mais l’organiser l’est peut-être encore plus. C’était un challenge de s’adapter à ce nouvel environnement, de vivre dans des conditions rudes, de travailler avec des cultures différentes, et c’était une satisfaction de voir les visages rayonnants des 222 coureurs à l’arrivée. Je suis très fier de ce que nous avons fait. »

Le prochain rendez-vous pour le MDS : du 6 au 16 avril au Maroc.


Le MDS Pérou en quelques chiffres

  • 242,3 km parcourus à pied
  • 7 jours en autosuffisance alimentaire
  • 10 litres d’eau par jour
  • 8,5 à 17,5 kg de poids du sac au départ de l’épreuve
  • 282 concurrents au départ
  • 50 concurrents péruviens
  • 222 Finishers
  • 748 consultations médicales
  • 16,39 km/h de vitesse moyenne pour les premiers sur la dernière étape
  • 150 personnes dans le Staff dont 27 Staff médical
  • 50 militaires péruviens pour assurer la logistique
  • 45 journalistes internationaux accrédités
  • 1 million de vidéos vues pendant la semaine
  • 50 millions de personnes en contact avec la marque MDS pendant la semaine


Le classement général

  • Hommes: 1. Rachid El Morabity (Mar), 2. Aldo Ramirez (Per), 3. Erik Clavery (Fra), 4. Julien Chorien (Fra); 5 Remigio Huaman Quispe (Per).
  • Femmes: 1. Nathalie Mauclair (Fra), 2. Mélanie Rousset (Fra), 3. Rocio Carrion (Per), 4. Aydee Soto Quispe (Per), 5. Renee Romerao Sayritupac (Per)