Running Le coureur de Suarlée veut privilégier sa santé et se mettre aux services des autres.

Après douze années de cyclo-cross et de vélo de route et quatre ans de course à pied, Cédric Mathieux a décidé de mettre un frein à sa carrière de sportif. Opéré d’un anévrisme cérébral il y a neuf ans, le coureur a choisi de privilégier sa santé qui lui joue à nouveau des tours.

"Aujourd’hui, j’ai comme séquelles d’importants maux de tête qui se sont accentués ces derniers mois. Avec la prise de médicaments, mon corps ne réagit plus pareil. Lors de mes trois dernières courses, j’ai été proche du malaise. Du coup, j’ai choisi de continuer la course mais plutôt comme M. et Mme Tout-le-monde, dans le peloton."

Officiellement, Cédric Mathieux devait mettre ce frein après sa victoire sur le 13 km du trail de St-Jacques de Compostelle reliant Floreffe à Namur il y a deux semaines. Officieusement, il l’a mis vendredi dernier après une ultime victoire dans une course inter-sociétés pour porter son palmarès à 50 succès en 84 courses. Dont certaines belles performances.

"Durant ces quatre années, je retiendrai ma toute première victoire sur les Buttes du Mont Blanc à Namur devant Mathieu Piron et Julien Charlier. Ce n’était que ma troisième course et les gens se demandaient : c’est qui celui-là ? Je retiendrai aussi ma victoire au trail de Namur en 2016. J’étais dans le jour de ma vie. J’ai fait les 30km avec 1.000m de D + en 2h05. Je n’oublierai pas non plus ma 3e place sur le 45km du St-Jacques de Compostelle en 2016. Il y avait devant moi deux spécialistes, un Français et un Flamand."

Mettre un frein ne signifie pas pour autant qu’on ne verra plus Cédric Mathieux sur les podiums. "J’ai fait le tour de la course à pied et je ne veux plus démarrer à fond tout seul avec la victoire comme objectif. Mais si dans une course je peux me battre avec les premiers tout en gardant de la réserve, je le ferai."

Avec comme objectif supplémentaire d’aider d’autres coureurs. "Je serai prochainement au trail des Lumeçons avec un ami qui court bien moins vite. Il a un objectif temps et j’aimerais l’aider. Faire le lièvre pour certains joggeurs pourrait être un objectif à terme. Tout comme le coaching. Je commence d’ailleurs à le faire avec ma fille et je conseille quelques copains."