Running Herbeumont sera l’hôte du premier Climate Trail ce 19 août. Une course préparée dans les écoles du monde entier et qui doit permettre la plantation de 100.000 arbres à l’autre bout de la planète

Courir pour la bonne cause est presque devenu la norme au sein des pelotons, surtout lors des grandes manifestations. Les 20 Km de Bruxelles, avec des coureurs par centaines réunis derrière des associations, en sont chaque année l’un des meilleurs exemples.

L’événement qui se tiendra le 19 août prochain à Herbeumont, au cœur des Ardennes et de la vallée de la Semois, dénote cependant par rapport aux habituels rassemblements. Le Climate Trail, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’est pas qu’une course qui permettra de récolter des fonds ou de sensibiliser coureurs et suiveurs à une cause. Cette course, qui se déclinera en trois parcours (42, 21 et 11 kilomètres pour respectivement 1.450, 620 et 350 mètres de dénivelé positif), a été préparée en amont au sein d’écoles du monde entier et aura une suite en aval avec la plantation espérée de quelque 100.000 arbres dans la province de la Tshopo, en République démocratique du Congo.

Derrière cette organisation, on retrouve RSD, pour Resources&Synergies Development, un groupement de PME et d’ASBL qui a pour volonté de mettre les questions du climat au-devant de la scène et pour qui un développement économique basé sur une gestion réfléchie et durable des ressources est possible à travers le monde. "Faire connaître les enjeux climatiques est déjà une excellente chose, mais nous voulons aller plus loin avec ce Climate Trail", avance Quentin Ducenne, pour RSD. "Nous sommes ici dans le concret avec un projet complètement novateur reposant sur trois axes : un projet local sous la forme d’un trail, qui est notre vecteur de communication, mais aussi un projet d’éducation environnementale avec la réalisation de dossards et slogans sur la thématique du réchauffement climatique par des élèves aux quatre coins du monde et, enfin, un écho global avec la plantation de 100.000 arbres en RDC."

Herbeumont sera donc, l’espace d’une journée estivale, réellement le centre du monde. "Ce n’est pas parce qu’il y a des réactions temporaires négatives, à l’instar des déclarations de Donald Trump, qu’il ne peut pas avoir des réactions locales positives, comme celle-ci, avec un impact global sur la planète."

Courir local pour une action globale !

Herbeumont, petite commune des Ardennes belges, s’est rapidement imposée comme le cadre idéal pour la première édition du Climate Trail. "Nous cherchions un lieu en Europe qui se prêtait idéalement à la pratique du trail", indique Quentin Ducenne. "Les pratiquants belges, mais aussi des pays limitrophes, ont l’habitude de se rendre dans cette région pour courir.

Le choix nous semblait évident, tant pour ses qualités que par sa localisation." Les organisateurs espèrent attirer un millier de participants sur les trois distances pour cette première, le 19 août prochain. Dont Bénédicte Helleputte, qui travaille pour Resources&Synergies Development en Belgique et qui a sillonné les chemins ces derniers mois à la recherche des plus beaux tracés. Sensibilisée par la cause, elle invite les amateurs de course à pied à la rejoindre.

"Il y en aura pour tous les goûts pour célébrer la nature dans l’effort : 11 km pour la ballade, 21 km pour sentir ses mollets et 42 km pour un défi de taille ! Mais, surtout, le concept est hors du commun : une course dans les plus beaux coins des Ardennes belges, des messages d’enfants venus du monde entier et une plantation d’arbres au Congo. Au-delà de la course, c’est un événement qui interpelle sur les défis d'aujourd’hui, rallie les énergies positives et invite à passer à l’action."

A chaque kilomètre, un arbre planté

La course et les fonds qu’elle aura permis de récolter auront une suite. L’impact global du Climate Trail se traduira par la plantation espérée de quelque 100.000 arbres. Chaque kilomètre parcouru à Herbeumont permettra en effet la plantation d’un arbre. "Faire attention à l’environnement ne signifie pas, à nos yeux, ne plus consommer. Chez RSD, nous sommes persuadés qu’une utilisation intelligente des ressources est compatible avec la satisfaction des besoins", dit Quentin Ducenne.

"Cela passe, notamment, par la plantation d’arbres." Si ceux-ci arrivent à maturité, ce qui peut prendre entre 10 et 50 ans selon les conditions de croissance, une empreinte carbone annuelle équivalente à 5 tonnes de CO2 - soit la consommation moyenne d’un Européen - peut être compensée par la plantation de cinq arbres. Ces arbres seront plantés en République démocratique du Congo, dans le territoire de la station de recherche de Yangambi, située dans la province de la Tshopo.

"Il nous fallait un terrain disponible pour ces plantations, car cela représente tout de même 100 hectares ! Il fallait aussi une structure en place pour s’assurer du bon suivi. Comme nous sommes actifs sur place, c’est cette zone qui s’est imposée. Si nous parvenons à rééditer l’expérience en 2018, nous aimerions pouvoir réaliser pareille opération en Asie."


© D.R.

Un projet dans les écoles

Les valeurs liées à l’environnement s’inculquent dès le plus jeune âge. À la maison mais aussi dans les écoles. Les organisateurs, grâce aux pouvoirs des réseaux sociaux, sont parvenus à mobiliser des écoles dans une centaine de pays à travers le monde. Des milliers d’élèves ont ainsi réalisé des dessins ou écrit des slogans au sujet de thématiques liées à l’environnement, dessins et slogans envoyés à l’organisation et qui serviront à réaliser les dossards des participants du premier Climate Trail. Le participant, transformé en véritable messager l’espace d’une course, véhiculera donc sur lui les idées des enfants tout au long de son effort. "Si l’événement trail est local, l’objectif est d’avoir un impact global. Ce pourquoi nous avons eu l’idée de mobiliser des élèves à travers le monde autour de ce projet", soutient Quentin Ducenne.