Running Les courses hivernales chères à Félix Mordant n’ont jamais aussi bien porté leur nom

C’est ce dimanche qu’était donné le départ de l’épreuve À travers Olne, une des courses hivernales proposées par Félix Mordant et son équipe. Cette année, la météo a joué les trouble-fête en offrant aux participants tous les ingrédients nécessaires pour rester au chaud plutôt que de mettre leurs baskets pour aller trotter : vent, froid, neige étaient au rendez-vous et l’on peut dire que ce ne fut pas une énorme partie de plaisir pour les courageux sportifs qui avaient pris le départ.

À l’arrivée, on entendait quelques remarques sur le balisage, mais il est vrai qu’avec le vent et les flocons, les coureurs avaient du mal à lever la tête et se concentraient davantage sur leurs pieds que sur la route à suivre. On a donc connu quelques petites erreurs qui ne se seraient sans doute pas notées avec une météo plus clémente. Seules les rubalises étaient efficaces pour se diriger. Encore fallait-il lever les yeux pour les repérer.

Sébastien Carabin, du VTT au running

Malgré ce temps à ne pas mettre un joggeur dehors, on a eu droit à une lutte en bonne et due forme aux avant-postes du semi avec un trio composé de Carabin, Mémurlin et Pierron. Malgré plusieurs erreurs sur le parcours, c’est le VTTiste d’Andrimont qui se montra au final le meilleur sur l’épreuve. Sébastien Carabin (28 ans) savourait sa belle victoire à Olne.

"C’est la deuxième fois que je prends le départ de cette épreuve et je me suis imposé par deux fois. On dirait que c’est un parcours qui me correspond plutôt bien. C’est un tracé très physique avec de belles grosses bosses et c’est dans ce secteur que je me sens le mieux. Je gère encore bien les descentes rapides mais dans les descentes techniques, je laisse faire les spécialistes du trail, ce que je ne suis pas. Étrangement, dans les côtes très raides, les muscles utilisés dans le vélo sont sollicités et ça me donne un atout supplémentaire. Je sens que ces sessions de course à pied sont excellentes et je commence à y prendre goût. Mais même en hiver, je continue le vélo."