Running

Deux victoires de suite qui lui ouvrent de belles perspectives

Il y a un mois, Renaud Leblanc faisait son grand retour à la compétition après une grosse tendinite qu’il s’était octroyée lors de la course d’obstacles Raid’Dingue à Momignies. À sa grande surprise, il avait fini cette course du Challenge Delhalle en 11e position dans un tout bon chrono (53.13 pour les 14.3 km).

Depuis lors, le citoyen de Villers-la-Tour, devenu papa depuis peu, a enchaîné avec deux victoires dans le Challenge Guérit, à Macquenoise d’abord (34.26 sur le 9.6 km) et à Hestrud ensuite samedi dernier (44.49 sur 12 km). "Durant cette interruption forcée, je me suis entretenu en faisant du vélo et de la natation", raconte-t-il. "À Chimay, je ne m’attendais pas à être d’emblée aussi compétitif. Je pensais que mon manque de rythme me serait préjudiciable, mais ce ne fut pas le cas. Je me suis retrouvé juste derrière les meilleurs du challenge Delhalle ce qui était encourageant."

Ces deux victoires consécutives au Guérit lui ouvrent de belles perspectives sur le challenge. "On verra… Je vais prendre course par course. En ayant raté les manches du début de saison, j’ai pas mal de points de retard, mais l’écart avec la tête du classement ne me paraît pas insurmontable."

Il faudra ainsi qu’il se montre plus régulier que Jean-François Bossant qui, jusque-là, semblait être le vainqueur tout désigné mais aussi Maxime Lust qui progresse beaucoup.

Renaud leblanc garde aussi des objectifs en triathlon à long terme. "Ma paternité bouleverse évidemment ma vie et il m’est donc difficile d’envisager de faire un triathlon longue distance cette année mais pourquoi pas en 2018 ? J’avoue rêver de prendre part un jour à l’Ironman d’Hawaï. Je devrai peut-être me montrer patient car, à 31 ans, je suis dans la catégorie d’âge la plus compétitive. Avec une bonne préparation et un peu de réussite, c’est un objectif qui me paraît toutefois réalisable."