Running La Corrida de Namur devrait à nouveau réunir près de 2.000 personnes ce samedi.

La Corrida de Namur est un incontournable de fin d’année pour les amateurs de course à pied. Une nouvelle fois, elle viendra ponctuer ce samedi soir la saison du Challenge de la Ville de Namur. L’épreuve, longue de 7 kilomètres à parcourir en deux tours dans le centre de Namur, est un jogging mais avant tout une belle occasion pour de nombreux Namurois de se retrouver et se défouler.

Organisée par la Ville de Namur, avec à sa tête Isabelle Vierset, la Corrida devrait à nouveau attirer de nombreux coureurs, de Namur mais aussi d’ailleurs. Près de 2.000 personnes sont attendues au départ, sur le coup de 19h30. Dès lors, inutile de préciser que si vous voulez passer une soirée mêlant sport et amusement, c’est à Namur qu’il faut se rendre ce samedi !


Isabelle Vierstet, qu’en est-il du parcours cette année ?

"Le parcours ne change pas par rapport à la précédente édition. Nous aurons toujours deux boucles au départ de l’hôtel de ville pour une distance d’environ 7 kilomètres. Le seul problème que nous avons rencontré pour cette édition c’est qu’il y a de nombreux travaux dans la ville. Les coureurs vont donc devoir jongler entre les différents trous…"


Est-ce que vous serez aussi nombreux qu’en 2016 ?

"L’année dernière, nous avons battu tous les records de fréquentation avec 2.600 partants. Cette année nous devrions être moins nombreux car nous avons seulement 1500 pré-inscrits à l’heure actuelle. Les pré-inscriptions sont encore possibles jusqu’à vendredi minuit, donc on verra ce qu’il en sera le jour de la course."


Pouvons-nous nous attendre à voir une personnalité sportive sur la première marche ?

"Nous avons rarement eu au départ des grands coureurs. Souvent, les meilleurs Namurois sont là mais peu viennent de l’extérieur car il ne faut pas se voiler la face, ce n’est pas à Namur qu’on va pouvoir faire un temps. Il faut rapidement dépasser et se faufiler entre les attardés, ce n’est pas évident."


Cette Corrida de Namur, c’est donc avant tout un rendez-vous festif ?

"Exactement, la Corrida de Namur, c’est d’abord un endroit et un rendez-vous pour passer un bon moment. Nous avons beaucoup de coureurs au départ et nombre d’entre eux courent seulement un ou deux joggings par an. Ils viennent ici pour se faire plaisir, se défouler, s’amuser ou alors ils viennent pour se mettre un défi, comme tous ceux qui sortent des groupes Je Cours Pour Ma Forme."


Durviaux sur la plus haute marche?


Voilà plusieurs saisons que Raphaël Durviaux court après une victoire sur la Corrida de Namur. Cette année, cela pourrait être la bonne pour celui qui a récemment pris la deuxième place chez les seniors de notre Challenge Belgium Running. En l’absence de Michael Brandenbourg, qui l’a déjà devancé à plusieurs reprises et de Sébastien Mahia, seul un inscrit du jour semble pouvoir devancer le Fernelmontois. Néanmoins, il faudra faire attention à la relève du SMAC, avec notamment Bastien Marinx et Eliott Crestan qui avaient tous les deux réalisés une belle performance l’an dernier. Il ne faudra pas non plus oublier Cédric Mathieux ou Benjamin Lambert.

© Bauweraerts


De l'ambiance avant et après la Corrida: "On ira manger en ville après"

Johan Silliard témoigne de la mentalité qui anime la plupart des coureurs du peloton

La Corrida de Namur, on peut la faire pour se défouler. Mais c’est avant tout pour s’amuser que la plupart des coureurs prennent le départ.

Pour Johan Silliard, à titre d’exemple, c’est une superbe façon de se retrouver avec des amis et de profiter d’une belle ambiance. "Hormis en 2016, j’ai participé chaque année à la Corrida de Namur car c’est une épreuve géniale. On ne prend pas le départ pour faire un temps mais bien pour profiter de son côté folklorique et festif" , explique cet infirmier urgentiste. "Il y a tellement de monde que c’est difficile de vraiment courir ou de juger sa performance. Mais une fois de plus, ce n’est pas le but. On va s’y rendre et le faire sans pression. Il y a toujours énormément de monde, ce qui crée une atmosphère exceptionnelle. En plus, on peut se retrouver avec tous les Namurois des autres joggings du Challenge de la Ville de Namur" , poursuit-il.

Habitué à arpenter les rues de Namur au volant du Smur, c’est pour lui un moment unique de courir dans sa ville.

"On traverse la ville de part en part, on redécouvre les petites rues qui sont généralement bien décorées à l’approche des fêtes, ce n’est que du plaisir."

Et la fête risque de durer jusqu’aux petites heures. Car son programme après l’épreuve est déjà bien établi et à l’image de la course.

"On va faire les deux tours avec quelques amis. Une fois que l’épreuve sera terminée, cela sera l’occasion d’aller manger un petit bout ensemble, histoire de reprendre les calories dépensées et ensuite, comme tout bon Namurois qui se respecte, on ira jusqu’à la place du vieux pour boire un godet…"

© DR