Running

La 37e édition aura lieu ce samedi à Ploegsteert. Mais pourquoi ce rendez-vous attire-t-il autant de monde?

Entre effort intense et motivations d’ordre historique, la Course du Souvenir de Ploegsteert demeure un rendez-vous incontournable dans le milieu de la course à pied. L’épreuve mise sur pied par MTO (Memorial Trophy Organisation) prend même une tournure internationale avec la participation de nombreux athlètes étrangers, anonymes ou bien connus dans les pelotons.

La 37e édition, qui sera pour la première fois retransmise en live depuis la place et sur Facebook à l’aide d’une moto, se déroule ce samedi 11 novembre avec trois tracés au programme : 1 km (10 h), 8 km (11 h) et 21 km (11h20). Chaque année, la Course du Souvenir, pour laquelle les pré-inscriptions sont obligatoires, fait le plein. "En 2016, nous avons dénombré 5.489 participants, enfants compris", indique Christiane Clinckemaillie, organisatrice. À l’exception des 20 Km et des épreuves du marathon de Bruxelles, personne n’a fait mieux. 

Quelle est donc la recette d’un tel succès ? Petit tour du propriétaire avec Christiane.

  • L’atmosphère : "le monde attire le monde. Si une personne vient cette année, elle reviendra l’année suivante avec des amis. Et, quelque part, le nombre de participants rassure. Il y aura toujours quelqu’un devant et derrière vous."
  • Les parcours : "ils sont agréables, à travers la campagne. Et on passe notamment devant le centre d’interprétation Plugstreet 14-18 sur les 21 km. Toujours un grand moment."
  • La récompense : "ici, nous avons des boissons énergisantes mais de nombreux participants sont contents de repartir aussi avec leur Queue de Charrue, notre bière nationale ! En 2018, pour célébrer le centenaire de la fin du conflit, nous allons offrir une voiture via tirage au sort."
  • Le devoir de mémoire : "de nombreux concurrents ont également la fibre historique et sont là en partie pour ça. Chaque année, nous respectons une minute de silence avant le départ, pour justement se souvenir. Et puis il y a aussi le coquelicot, emblème de la Première Guerre mondiale, sur les dossards."