Running L’instituteur n’est jamais allé aussi loin dans l’effort pour s’imposer.

Après une remarquable 2e place derrière Fabian Magnée au trail du CHU (voir ci-dessous), Benoît Lambotte avait déjà rechaussé ses baskets le lendemain pour se rendre à Esneux.

"Samedi, au CHU, j’ai juste essayé de suivre Fabian dans les descentes. Lui, il tenait à m’accrocher dans les côtes. La course se finissait en descente et Fabian s’est détaché dans les derniers hectomètres…"

Comme il est instituteur à Esneux, Benoît se devait d’être présent et au top lors des Belles Boucles de l’Ourthe, manche du CJPL qui démarrait de son école. S’il avait gagné l’an dernier sans grande concurrence, il avait de sérieuses raisons d’en douter quand il vit sur la ligne de départ Christian Charnier et Grégory Baar.

"Je les ai vite repérés et je me suis dit que je pouvais au mieux viser la deuxième place. Je savais que Christian était fort et que je n’avais pas les armes pour rivaliser. Nous sommes partis à quatre et la lutte fut tendue dès le départ. Dès la première grosse difficulté vers Ham, Christian a pris quelques mètres dans la vue. Sur le RaVel, c’est Grégory Baar qui a donné le tempo. Dans le deuxième mur, équipé de cordes pour le gravir, je suis repassé devant Grégory. On m’a dit en haut que j’avais 40 mètres d’avance, pour 3 km de course. Je suis tombé dans la prairie et me suis lancé à fond dans la dernière côte. Je savais que c’était ma seule chance car Christian est meilleur que moi en descente et à plat. Le dernier kilomètre fut un enfer car Christian revenait inexorablement sur moi, mètre par mètre. Je n’ai eu que trois secondes d’avance sur lui à l’arrivée ! Quelle bagarre ! Je pense que je ne suis jamais allé aussi loin dans l’effort pour gagner une course. À l’arrivée, je me suis mis à genoux, au bout de ma vie. Christian m’a avoué que lui aussi était à fond et qu’il avait failli vomir tant l’effort était intense."

Un beau final, un grand respect et une course magnifique !