Plus de 2.000 mollets dans les Fagnes

Jacot Jérôme Publié le - Mis à jour le

Running

Les traileurs n’ont pas boudé les Hautes Fagnes malgré la pluie

Le chiffre 13 n’aura donc pas porté bonheur au Team Nelles, qui depuis 13 ans, organise le Trail des Hautes. Une épreuve qui était toujours passée entre les gouttes depuis sa création. « Il fallait bien que cela arrive un jour », sourit avec philosophie Jean Maus, l’un des organisateurs.

Vers 1h du matin, la pluie s’abattait sur le toit de la Belgique emportant avec elle rubalise et flèches de chaux… « En cinq équipes, on a refléché les trois parcours. On a accueilli au final un peu plus de 1.000 participants. On est très satisfait. On sait que la météo aura retenu entre 200 et 300 personnes qui allaient s’inscrire le jour-même sur la courte distance (12 km) car patauger dans la gadoue, les joggeurs n’aiment pas vraiment… »

Les traileurs, eux, n’en ont cure par contre… Il suffisait de regarder les jambes et les équipements maculés de boue et la file devant le tuyau d’arrosage, pour décrotter un maximum les baskets, pour s’en laisser convaincre… L’effort a été rendu plus difficile avec ce terrain piégeux et gras. Certains faisaient clairement la grimace à l’approche de la ligne.
Alors que les concurrents du 12 km rentraient par grappes et que ceux du 24 km arrivaient lentement mais sûrement, les leaders du 40 km, l’épreuve reine, pointaient déjà le bout de leurs baskets.

Parmi eux, le régional de l’étape Jérôme Remacle. «On est parti à trois avec Antoine Sy et Gert Theunis mais ce dernier avait déjà lâché prise après 5 km. On s’est tiré la bourre avec Antoine jusqu’à ce qu’on se fasse peur dans une tourbière et on a alors décidé de terminer ensemble», explique le vainqueur juste devant Antoine Sy qui découvrirait les splendeurs des Hautes Fagnes, lui, le Douaisien. « J’avais repéré cette épreuve sur internet et constaté qu’un Nordiste avait terminé quatrième. C’était donc l’occasion de passer un week-end en famille. On a débarqué avec un ami, lui sur le 24 km moi sur le 40… Vraiment un très chouette parcours avec de superbes vues. Très différent de ce que l’on peut rencontrer dans le Nord de la France. C’était nettement plus technique ici. Une épreuve que je vais recommander mais il faut que nos amis belges (sic) commandent le soleil… »

A 24 heures près, cette 13e édition aurait eu un tout autre éclat.

Jacot Jérôme