Running

Avec cette chaussure entrant dans la catégorie des City Trail, Salomon s’est montré ambitieux. Mais coupler trail et bitume pour une godasse l’est sans doute un peu trop

Habitués à courir à la campagne sans pour autant vivre dans une région boisée et avec d’importants dénivelés, on se faisait une joie de pouvoir goûter aux Salomon Sense Pro 2. Il faut dire que la promesse est alléchante et est susceptible d’attirer un large public. C’est-à-dire une chaussure au look sympathique et vous permettant à la fois d’être à l’aise sur les chemins et sentiers non montagneux tout en se montrant à son avantage lorsque la route se présente sous vos pieds. Un concept rassemblé sous le nom de City Trail. La godasse a en effet bien des qualités - ça reste des Salomon tout de même ! - mais, à notre goût, la marque omniprésente dans le monde du trail a sans doute voulu ratisser trop large avec ce produit qui, au final, nous a laissés sur notre faim.

Un look attirant

Visuellement, les Sense Pro 2, dans la version orange et bleue que nous avons testée (deux autres coloris existent), sont alléchantes et on a même envie de les conserver aux pieds en dehors de nos sorties. Son système de quicklace, qui permet un laçage simple et efficace en un seul geste, tout comme la poche pour lacets sont autant d’atouts qui accrochent le regard et qui ont déjà fait leurs preuves sur les autres modèles de la marque. Et elles n’ont pas ce côté un peu "lourd" que peuvent avoir certaines chaussures quand l’on quitte le bitume.

Une fois aux pieds, le constat est un peu moins enthousiaste. Si le maintien est excellent, la relative étroitesse du chausson a du mal à composer avec nos pieds habitués à des chaussures plus larges. Question d’habitude ou de profil sans doute, mais la chaussure - et vos orteils, voire votre talon - demande de toute façon un temps d’adaptation si vous n’êtes pas un habitué du modèle qui en est à sa deuxième version. Quant au drop (différence de hauteur entre l’avant et l’arrière de la chaussure), il est de 6 mm, un paramètre toujours à prendre en compte avant de vous laisser convaincre. On entre ici dans une gamme minimaliste, s’adressant donc à des coureurs attaquant à plat ou par l’avant du pied.

Pas de défaut mais pas irréprochable

Cette paire mi-trail mi-route donne en tout cas l’envie d’avancer et de la soumettre à l’épreuve. Son péché, à nos yeux, est que, en voulant être à l’aise partout, elle n’excelle véritablement dans aucun domaine à l’heure d’une spécialisation de plus en plus marquée des modèles. Un bon grip sans être capable de vous emmener dans les plus grosses difficultés, de la légèreté sans pour autant offrir ce dynamisme vous donnant l’impression de pouvoir affoler le chrono, les Sense Pro 2 n’ont aucun réel défaut, mais ne nous laisse pas non plus le sentiment que c’est la chaussure que nous voudrions avoir pour battre notre record sur 10 km ou, inversement, pour nous en donner à cœur joie sur les sentiers de la Bouillonnante.

Le positionnement "passe-partout" de ce modèle nous laisse donc quelque peu perplexes, même si cette nouvelle version peut clairement séduire certains adeptes. Car les Sense Pro 2 n’en demeurent pas moins un bon compromis pour les coureurs relativement légers, qui ont l’habitude d’un petit drop et qui ne veulent pas multiplier les chaussures malgré le fait qu’ils multiplient les terrains de jeu. La polyvalence donc, mais poussée à l’extrême.

FICHE TECHNIQUE

Prix 130 euros.

Poids 265 grammes.

Système de laçage Quicklace (avec pochette pour lacets et œillets coulissants).

Semelle de propreté Technologie Ortholite, qui crée un environnement plus sec, plus frais et plus sain sous le pied.

Maintien Technologie Sensifit, qui enveloppe le pied depuis la semelle intercalaire jusqu’au système de laçage, offrant un fit à la fois sûr, précis et presque sur mesure.

ON AIME

Le système de laçage et de rangement des lacets

Un look agréable qui peut vous accompagner au quotidien ainsi que la légèreté de la chaussure

La polyvalence du modèle


ON AIME PAS

Un chausson trop étroit à notre goût et à celui de notre pied

Un manque de caractère une fois que l’on quitte la zone de confort