Running Geoffrey Lallemand, victorieux du 29 km de La Bouillonnante, a réalisé un de ses rêves ce samedi.

Geoffrey Lallemand fut avant tout un triathlète. Mais l’athlète du Team Batifer le reconnaît lui-même, sa relative faiblesse en vélo l’a toujours empêché de performer au plus haut niveau. Et c’est à l’initiative de Grégory Burtomboy qu’il a participé à son premier trail voici plusieurs années. Il était alors loin de penser que, en avril 2017, il remporterait le parcours de 29 km, avec ses quelque 1.500 mètres de dénivelé positif, de La Bouillonnante, véritable institution dans le petit milieu du trail. "Je ne savais alors pas du tout à quoi cela allait m’amener", avoue-t-il. "Je suis arrivé sur ma première course, à… Bouillon, sans trop savoir ce qui m’attendait avec des chemins à emprunter qui n’avaient rien de comparable avec ce que je connaissais dans les courses traditionnelles. Mais ça m’a plu tout de suite et les résultats ont suivi avec pas mal de places dans les Top 10."

Au fil des courses , le résident de Porcheresse a progressé, notamment techniquement. Le triathlon de côté, il s’est consacré au trail dont il apprécie particulièrement la convivialité en course comme après. Cette année, il avait fait de La Bouillonnante un objectif majeur.

"Ce rendez-vous, devenu mythique pour beaucoup de monde, suscite évidemment de l’intérêt et il y a donc pas mal de candidats pour le gagner", explique Geoffrey Lallemand. "Mais il y a tellement de paramètres qui entrent en ligne de compte comme les crampes, la chute ou encore un passage à gué dans la Semois qui se passe mal. Mais ici, j’étais bien dans ma tête et je suis arrivé au départ… pour gagner. Pourtant, je savais que j’avais pas mal de retard sur le premier au sommet du Calvaire, mais j’ai réussi à faire la différence par la suite. Et quel bonheur de franchir la ligne en première position, le tout en améliorant mon temps de l’année dernière de près de 8 minutes sur un parcours identique. Gagner à Bouillon, c’est un peu comme une victoire à Monaco pour un pilote de F1."

Et de déjà penser à la suite : "L’année prochaine, je reviendrai mais cette fois avec l’objectif de participer à la plus longue distance." Un cinquante kilomètres remporté par une référence du trail, le Français Michel Lanne, devant le champion de Belgique Olivier Remacle et l’étoile montante de la discipline Nicola Bucci.