Running Tempête et boue ont rendu le parcours du premier rendez-vous trail de l’année extrêmement compliqué. Mais les absents à Virton ont eu tort

Le Trevire Night Trail, de son petit nom TNT, est le rendez-vous trail de début d’année. À l’extrême sud du pays, au départ de Virton, le rendez-vous affiche chaque année complet au moment de son coup d’envoi nocturne, le premier vendredi après le Nouvel An.

Cette fois, ils étaient 250 sur le 33 km et plus de 600, une heure plus tard, au départ des 18 bornes. Sur les visages des coureurs, on lisait de l’anxiété mêlée à de l’excitation.

"Ils veulent du trail ? Ils sont servis"

Mais pourquoi craindre ce digestif d’après fêtes ? Car deux jours plus tôt, la tempête avait partiellement décimé la forêt gaumaise. Quel est l’état des sentiers ? Quelles sont les conditions de jeu ? "On a bossé durant deux soirées sur le terrain pour remettre le tout en place", explique Denis Heine, membre de l’organisation. "Parfois munis de tronçonneuses pour accéder à certains endroits. Ils veulent un esprit trail. Pas de doute, on est en plein dedans", rigole-t-il.

Denis Heise ne croyait pas si bien dire. Avec de belles descentes ravinées par les pluies abondantes des derniers jours auxquelles succédaient de solides montées grimpées à l’aide de cordes placées au pied des plus abruptes d’entre elles.

"On est quasiment à quatre pattes pour gravir certaines pentes", lâchait Jean-Luc Bodeux. Ce Salmien n’est pas le seul à en avoir bavé. "La montée finale, avec près d’un kilomètre à escalader des dizaines d’arbres tombés sur le chemin, était dantesque", glissait Joaquim Backès entre deux verres de Rulles pour accélérer la réhydratation.

La solidarité du peloton a finalement permis à tout ce beau monde de se dépasser pour venir à bout de ce monstre de boue. Les lumières de Virton annonçait la fin du doux calvaire. A l’arrivée, un seul mot d’ordre : la fierté d’avoir vaincu cette cinquième édition. Pour les temps, on repassera.

"Par où les inscriptions pour 2019 ?"

À l’heure des bilans, des phrases magiques. Et une constante, un humour caustique. "Merci pour cette nuit passée en enfer entre espoir et désespoir", glissait un participant. "C’était franchement abusé et je ne sais pas ce qui était le pire : les températures négatives l’année dernière ou la boue de cette année ? Mais bon, je suis maso, c’est où les inscriptions pour la prochaine édition ?", ajoutait un autre.

Et ce dernier n’a pas tort.

Car le TNT 2019 fera à nouveau assurément le plein. Et il y a fort à parier qu’il ne faudra même plus attendre le 15 novembre pour que les 850 places trouvent leurs acquéreurs...


Les favoris au rendez-vous

Sur le plan sportif, il n’y a pas eu de véritable surprise lors de cette 5e édition du TNT. Dans des conditions évidemment très difficiles, deux hommes ont livré un véritable solo : Romain Debry sur le 18 km et François Reding sur le 34km. "Je suis parti rapidement parce que sur une courte distance, je peux mettre beaucoup de rythme dès le départ", expliquait Romain Debry. "Par la suite, tout a été une question de gestion. Mais je préfère courir seul et adapter ma course en fonction des éléments et des reliefs."

De son côté, François Reding, qui remporte là sa 6e course de rang, mettait l’accent sur une fin de course difficile. "Les derniers kilomètres étaient terriblement compliqués", avouait le membre du CCC TRI. "Il a fallu escalader une côte de près d’un kilomètre qui était jonchée d’arbres tombés durant la tempête." Côté féminin, Marion Remy s’est imposée sur la longue distance alors que Caroline Rijs en a fait de même sur la petite distance.


600 km pour venir courir

Qui a dit, quand on aime, on ne compte pas ? Sans doute Ann-Sofie Claeys, une des participants du Trévire Night Trail. "On vient de Bruges", expliquait celle qui a fini 2e de la plus petite distance. "On apprécie la région pour ses parcours, son relief et son ambiance. On a traversé tout le pays pour pouvoir être au départ." Soit, tout de même, 600 bornes aller-retour. "Mais il y avait tout ce que l’on aime sur ce tracé. On sera bientôt de retour dans la région puisque nous sommes inscrits à d’autres trails dans la province de Luxembourg."