Brabant Wallon Le Cartel Waterloo est devenu champion de Belgique, à la surprise générale, pour la 3e fois de son histoire, après 2011 et 2015

C’est une petite sensation à laquelle nous avons assisté lors de la phase finale du Championnat de Belgique de beach soccer. Alors que la New Team Brussels et LSA Perwez faisaient office de grands favoris pour le sacre national, c’est finalement le Cartel Waterloo qui s’est imposé face à LSA Perwez en finale. "Nous n’étions clairement pas les favoris de cette finale puisque LSA était, sur papier, cinq fois plus fort que nous. On a bien résisté pour les surprendre en contre et véritablement rivaliser dans cette finale" , analyse Jonathan Starquit.

Après 2011 et 2015, les Waterlootois revivent de nouveau les joies d’un titre de champion de Belgique. "Il s’agit de notre troisième sacre national, c’est celui que personne n’attendait et c’est certainement le plus beau car nous sommes allés le chercher au caractère, en puisant très loin dans nos ressources physiques."

Avec une grande majorité de trentenaires dans l’équipe, le Cartel a brillé durant cette phase finale. Avec un secret pour l’emporter. "Nous sommes une bande d’amis. J’en connais certains depuis plus de vingt ans. Du coup, on s’est battus les uns pour les autres et, même si l’on partait défaitistes après notre phase régulière, on a su inverser tous les pronostics."

L’une des raisons du succès du Cartel, c’est la grande forme de Mathieu Vlaminck. Intenable, le grand attaquant du RCS Brainois a claqué, à lui seul, 16 buts lors de cette phase finale. "Il a tout simplement été impressionnant. Si le sable n’a pas roulé pour lui les années précédentes, cette fois-ci tout rentrait. Du droit, du gauche, de la tête, que ce soit en quart, en demi et même en finale, il était intenable. Il a été le grand monsieur de ce week-end final. D’ailleurs, je tiens à remercier Olivier Suray et Henry Pensis qui nous ont laissé jouer cette finale de beach soccer alors que Braine disputait un match de Coupe de Belgique aux Francs Borains."

Avec ce succès, le Cartel retrouvera la Ligue des Champions dans quelques mois. "On y avait goûté il y a quatre ans. Nous avions beaucoup appris cette année-là et nous savons qu’il faudra s’entraîner pour espérer rivaliser. C’est une belle aventure sportive qui nous attend, mais aussi humaine. Une compétition à l’étranger, avec amis, femmes et enfants."