Bruxelles Noé Botuli et les U18 ont remporté le bronze à Skopje.

Les lionceaux belges de Steve Ibens ont atterri lundi avec une jolie médaille de bronze autour de leur cou. Outre le team manager Xavier Hoornaert (assistant-coach au RIV Brussels) et le kiné Arnaud Dooms (kiné du Brussels D1), la délégation belge comptait d’autres têtes connues comme Sam Hofman (Bavi TDM2), Édouard Madoki (RIV R1-TDM1) et Noé Botuli, également au Royal IV l’an dernier.

De l’aveu des observateurs, l’ailier bruxellois a joué un très bon tournoi. "Tout le monde a joué l’un pour l’autre et chacun avait un rôle spécifique. Tout le monde a compris et exécuté ce que le coach souhaitait", résume Noé. "Le coach m’avait spécifiquement demandé de créer, d’attaquer l’anneau et de marquer des paniers. À l’autre bout du terrain, je devais apporter de l’agressivité."

Choses qu’il est parvenu à faire à la perfection, plusieurs dunks en contre-attaque figurant dans les moments forts des matches.

Le paysage du Bruxellois va changer d’ici quelques jours. Après les étapes woluwéennes et bruxelloises, sa prochaine destination sportive l’emmènera à la Côte belge où il élira domicile et perfectionnera son néerlandais.

"Les Flandriens me suivaient depuis 2 ans. J’aimerais réaliser une belle saison avec Gistel-Ostende en Top Division Men 1 et obtenir quelques minutes avec les pros du BC Ostende de Dario Gjergja", espère celui qui a tourné à 8,3 points, 2,5 rebonds et 0,8 assist en Macédoine.

Il rêve également d’outre-Atlantique où se déroule la NBA, le championnat le plus réputé du monde. "J’ai deux modèles. Je suis fan de Kevin Durant depuis tout petit. Plus jeune, je me suis identifié à Durant parce que j’étais le plus grand dans les équipes d’âge et que j’avais de longs membres comme lui. J’apprécie aussi le jeu spectaculaire de Zach LaVine. Il attaque l’anneau, sait dunker et possède une palette assez complète. J’aime cette polyvalence", conclut Noé Botuli.