Bruxelles

Thierry Blindenbergh a ramené de la discipline, de la tactique et un mental d’acier


Grâce à la nette victoire enregistrée au Tondreau samedi soir, le Léopold est actuellement non relégable et n’est même plus barragiste. Une équipe qui revient de loin, lorsque l’on sait que les joueurs de Thierry Blindenbergh ont été derniers au classement. L’occasion de faire le point avec l’entraîneur, à deux matches de la fin de cette compétition.

Thierry Blindenbergh, peut-on dire que vous avez réalisé une excellente opération ?

"Oui, car nous avons définitivement écarté les trois derniers du classement. Mais il reste deux matches très importants à disputer et celui face à l’US Solrézienne ne sera certainement pas facile, pas davantage que le dernier déplacement à la Raal. Il faudra tenir compte également de la position de Virton en D1 amateurs."

Votre équipe a été lanterne rouge, quel était votre sentiment à ce moment ?

"J’avais récupéré un groupe à la ramasse. Il a fallu remettre de l’ordre, instaurer de la discipline, des schémas tactiques et forger un nouveau mental, mais surtout redonner de l’envie aux joueurs."

Quel fut le déclic, probablement salvateur ?

"Le courant est passé rapidement avec les joueurs, malgré que je sois quelqu’un d’exigeant, dur même. La communication fut essentielle, de même que le respect envers les joueurs et vice et versa, des joueurs envers le staff. Je n’étais pas là pour me faire des amis, mais pour sauver le Léo, le matricule 5, à la demande express du président Maricq, dont on connaît l’amour qu’il porte à son club."

Quels furent les rôles de joueurs comme Angeli et Sow, qui semblent être déterminants ?

"Angeli a joué en D1, et même en Coupe d’Europe. Son attitude ne me plaisait pas et je lui en ai fait part, en toute franchise. Il a très bien réagi et apporte aujourd’hui, largement, sa pierre à l’édifice. Quant à Sow, il joue en confiance. Je lui ai demandé de tenter davantage sa chance au but, encore et encore, mais ce message était également destiné au groupe. Il faut non seulement mouiller le maillot mais surtout être très fier de porter celui du Léo."

Quel sera votre avenir ?

"La priorité, c’est le maintien. Le Président et plusieurs joueurs souhaitent que je reste. Nous verrons."