Bruxelles

L'entraîneur du Léopold a tenu à réagir suite aux propos qu'il a tenu à l'issue du match face au Stade Brainois


Thierry Blindenbergh est connu pour avoir de bons mots pour la presse. Surtout dans la foulée des rencontres qu'il vit à 200 %

Dimanche, après la défaite de son club, le Léo, face au Stade Brainois, il avait eu des mots très durs à l'encontre des Delferière père et fils, présents au bord du terrain pour suivre leur club de coeur. "C’était un arbitrage bidon. Mais bon, les Delferière sont là, on avait compris", avait-il notamment glissé.

À froid, le coach du Léo a tenu à réagir par rapport à des propos qu'il a bien tenus mais qui ont à son sens été mal interprétés. "Je tiens d'abord à présenter mes excuses à Sébastien et David Delferière. Mes propos ont pu choquer. Mais ils ne visaient pas les Delferière, dont j'ai appris la présence durant l'interview."

Thierry Blindenbergh s'explique: "J'ai effectivement dit que l'arbitrage n'avait pas été bon et fait le lien avec la présence des Delferière. En sous-entendant que leur présence a pu mettre de la pression sur l'arbitre, au même titre que je me sentirais regardé comme entraîneur si Vanhaezebrouck ou Mazzú était présent à l'un des matches. Mais nullement qu'ils aient pu avoir une influence directe et volontaire sur la prestation de l'arbitre."