Centre Gordon De Winter a bouclé son 2e Tour de Wallonie… à la dernière place.

Du haut de ses 21 ans, Gordon De Winter a goûté à nouveau à la pression d’une épreuve relevée. De samedi à mercredi, le Binchois a roulé aux côtés de Fabio Aru, Maxime Monfort ou encore Tim Wellens dans le peloton du Tour de Wallonie.

Une épreuve qui aurait pu tourner au drame rapidement. "J’ai chuté dans la deuxième étape", explique le coureur d’AGO-Aqua Service. "Heureusement, ce n’était pas trop grave mais bon, cela reste toujours difficile."

Cette chute et ces quelques contusions n’ont en tout cas pas eu raison de son moral. "Non et puis le lendemain, je me sentais bien. D’ailleurs, j’ai pu attaquer dans le final de la 3e étape. La fin du Tour de Wallonie fut un peu plus difficile. Mercredi, j’ai été lâché plus tôt que prévu. Même si j’ai peiné à le terminer, j’ai quand même pu rentrer dans les délais."

Au classement final, Gordon occupe la place de lanterne rouge. Si sur le Tour de France, cette place revêt une petite signification, il n’en est rien sur une course un peu plus modeste.

"Non, en plus, la veille j’étais encore dans le Top 100 … donc ça ne veut rien dire pour nous. Le plus important au final était de faire honneur à notre invitation", sourit Gordon, plutôt fier de son épreuve, lui qui ambitionnait à La Louvière lors du Grand Départ surtout et avant tout de montrer le maillot. "Oui, dans l’ensemble, c’est plutôt réussi. J’ai pu attaquer et ensuite, j’ai fait le boulot pour l’équipe. On avait vraiment une bonne équipe sur ce Tour. Je sais que le boulot fourni durant ces cinq jours va payer dans les jours qui viennent."

Cette deuxième expérience, le petit frère de Ludwig espère bien la réediter à l’avenir. "Pour nous, à notre niveau, quand on évolue dans une équipe continentale, pouvoir être au départ du Tour de Wallonie, c’est une consécration pour pouvoir se montrer aux côtés des grosses armadas. J’ai déjà eu l’occasion de rouler aux côtés de stars du peloton comme Boonen. Sur le Tour de Wallonie, comme c’est très réputé, ces gars arrivent en top condition car ils préparent d’autres courses comme la Vuelta."

Au Tour de Namur samedi

 Les saisons se suivent et se ressemblent malheureusement pour Gordon De Winter. Le Binchois a en effet connu une nouvelle blessure en début de saison au genou. “Comme en 2017”, se désole Gordon. “C’est donc la 2e saison d’affilée où je cours après ma top condition.”

Cette première partie d’été aura en tout cas pu l’y aider. “Je suis dans une bonne période effectivement. J’ai enchaîné le Tour de Liège et le Tour de Wallonie, soit des kilomètres et de l’intensité. J’espère maintenant pouvoir récupérer et jouer un rôle dans les courses de mon niveau.”

Cela commence samdi avec le Tour de Namur. “Même s’il n’y aura pas les équipes World Tour, on courra aux côtés de professionnels des équipes continentales. On va voir ce qu’il est possible de faire.”