Centre

Nouvelle aventure pour l’international espoir brainois de 18 ans

Curtis Moucheron est arrivé seulement ce lundi à Strasbourg et depuis, il ne fait que courir. Que ce soit pour finaliser le volet administratif de son transfert ou l’aspect médical mais aussi les entrainements.

À 18 ans, ses Humanités bouclées, cet espoir du rugby club de Soignies a en effet fait le grand saut vers la France, là où il espère rapidement réaliser son rêve.

"J’avais été en contact avec des clubs espagnols, se souvient-il. Mais à Strasbourg, il recherchait un demi de mêlée. Alors j’y ai passé des tests de détection le lundi de Pentecôte."

Certes, le Brainois n’a signé qu’une convention espoir dans un club de Fédérale 2, soit le 4e échelon national en France. Mais tout est réfléchi et il ne manque pas d’ambition. "Strasbourg est descendu cette année mais ils veulent remonter tout de suite. Quant à moi, je ne voulais pas aller tout de suite dans un gros club. Il faut y aller progressivement", explique celui qui estimait ne plus pouvoir progresser après ses années au centre de formation de la Ligue belge francophone. "Depuis tout petit, je voulais aller en France. Et en Belgique, cela devient compliqué d’atteindre le haut niveau."

S’il rêve secrètement de Toulouse, ce n°9 a en tout cas mis tous les atouts de son côté pour réussir son adaptation en Alsace-Champagne-Ardenne. Il n’a en effet pas chômé cet été pour ne pas être largué dès la reprise des entrainements.

"J’ai en effet suivi une préparation physique pour pouvoir suivre le rythme, précise celui qui a rejoint sa famille d’accueil. Je voulais être prêt directement. Au départ, je devais seulement avoir quatre entrainements par semaine. Finalement, je suis rappelé avec l’équipe première. Ce qui donne deux entrainements par jour. L’objectif à terme est d’aller gratter des matches avec les séniors déjà cette saison."


“Je suis trop petit pour être n° 10”

La nouvelle vie commence cette semaine pour Curtis. Si le rugby prend une place toute particulière, il n’en oublie pas le reste. “Je me suis inscrit à la fac pour être préparateur physique. C’est très important. Il ne faut pas négliger les études.” L’international espoir, dont la rentrée scolaire se fait le 4 septembre, espère rapidement percer en France et gravir les échelons au poste 9, son poste de prédilection. “ Pourtant cette saison en U18 à Soignies, j’ai joué 10 parce qu’il manquait quelqu’un, sourit Curtis qui ne compte pas envisager s’implanter à ce poste. Je suis trop petit. Je mesure moins d’1 m 75 ! Pour l’ouverture, on peut être plus petit, plus mince.” Il a tout de même réussi à passer plus de 200 points cette saison, l’une des particularités qu’il partage avec Jonny Wilkinson, son idole. “C’est d’ailleurs lui qui m’a inspiré pour taper.”