Centre

Grâce à l’effet de domino provoqué par la montée du Symphorinois, l’US Neufvilles rejoint la P1... pour la toute première fois de son histoire

La saison est enfin finie, et a enfin souri à l’US Neufvilles. Depuis des années, les Carriers ambitionnent de passer enfin le cap de la P2 mais n’ont jamais réussi à décrocher le titre ou à passer les différentes étapes du tour final.

La situation aurait en effet pu être similaire cette année. Éliminés par Pâturages dans la dernière manche du tour final, les Carriers pensaient à nouveau revivre les démons du passé. Sauf que cette fois, les Chiconniers du Symphorinois ont libéré une place en P1 suite à la montée en D3 amateurs. “Des joueurs avaient été soutenir Saint-Symphorien et dimanche, nous avons eu la journée de clôture du club. Autant dire que nous avons bien célébré ça”, sourit Grégory Gorez, l’entraîneur qui peut pousser un gros soupir de soulagement. “L’ambition du début de saison était de monter, que ce soit via le titre ou le tour final. Au départ, avec les ambitions des autres clubs, on s’était dit que ce serait difficile et, finalement, on est passé à côté du titre d’un rien.”

Dorénavant, il faudra se focaliser sur la P1. Vu la saison à rallonge rencontrée par le club, les transferts n’ont pas encore été annoncés. “Je crois qu’avec 2-3 joueurs bien spécifiques, avec de la bouteille et l’expérience de la nationale, cela devrait pouvoir encadrer nos jeunes joueurs qui ont du potentiel mais qui sont encore jeunes. On a déjà des joueurs en ligne de mire. On espère tout boucler d’ici 2-3 semaines afin de vraiment réussir une cassure avant la reprise le 15 juillet.”

Les Neufvillois ne veulent en effet pas faire l’ascenseur dans un an tout en restant modestes. “Si c’est pour descendre après, autant ne pas monter. Nous devons ambitionner plus que le maintien, entre les 8e et 12e places.”