Centre À 33 ans, Kevin Chavepeyer est de retour à La Louvière où il espère atteindre les objectifs de playoffs du club

L’ENL water-polo ne cache plus avoir de l’ambition. Sa filière formatrice reconnue en Belgique lui permet déjà de pouvoir compter sur un contingent jeune de qualité. Elle a récemment décidé de passer un cap. Le retour d’Olivier Huart la saison dernière conjugué à l’arrivée de Julien Vreux, deux gars d’expérience, avait initié le mouvement que vient compléter Kevin Chavepeyer (ex-Mouscron et Tournai).

À 33 ans, le Louviérois revient dans son club formateur, après deux saisons à Tournai. "Je pense en plus que le club ne veut pas s’arrêter à une arrivée", souffle Kevin, qui n’est pas insensible aux ambitions du club. "Ce qui m’avait poussé à partir il y a deux ans après être revenu dans la cité des Loups après une longue période à Mouscron, c’était le manque d’objectifs à court et moyen terme. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Ils vont clairement viser les playoffs."

Faim de trophées

Fort d’un très long palmarès en Belgique et d’une belle expérience, dans le bassin des Loups, Chavepeyer s’est engagé pour trois entraînements par semaine. Autant dire qu’il ne vient pas pour jouer juste la 6e place. "En outre, à Tournai, j’ai pu voir comment on gérait une équipe aux côtés de très bons joueurs. C’est clairement une position que je compte tenir au Point d’Eau", lance celui qui n’est pas insensible aux talents de ses futurs équipiers. "Ça se voyait l’année passée mais il leur a manqué un peu d’expérience pour réaliser un coup d’éclat. Ils ont tout de même malmené Anvers, champion, et Tournai aussi. Olivier Huart avait déjà apporté un peu de maturité. Je vais compléter. Sans oublier les renforts qu’on attend encore."

Kevin Chavepeyer a surtout faim de trophées. Lui qui reste sur deux saisons mitigées à Tournai. "Je n’ai remporté qu’une Coupe et j’ai été blessé la première saison. C’était clairement pour ça que j’avais rejoint Tournai, ces matches à enjeux. À 33 ans, je pense que je ne suis pas sur la fin. En tout cas, j’ai envie de me prouver que je ne suis pas encore fini et que j’ai encore le niveau. Je ne crois pas en tout cas que je quitterai La Louvière."