Charleroi Le Carolo Maxime Vekeman a renoué avec le succès, sept ans après.

Sept ans. Maxime Vekeman n’avait plus connu les joies de la victoire depuis sept ans. Mais le coureur carolo est parvenu à s’imposer cet été en France, où il est parti vivre depuis un an.

"Ce succès fait vraiment plaisir, car je sors de quelques saisons de galère après ma lourde chute il y a trois ans sur la course pro Binche-Chimay-Binche, explique-t-il. J’ai eu des complications au niveau du genou. Et j’ai mis du temps à retrouver mon meilleur niveau. Cette victoire, décrochée sur l’épreuve de Gleizé, me fait donc énormément de bien. Vu d’où je reviens. Mais aussi parce que la dernière fois que je m’étais imposé, c’était chez les juniors… Je n’avais jamais gagné chez les élites-espoirs. Et puis, c’était une course organisée par mon club, c’était important de la remporter !"

L’ancien coureur de la formation T Palm-PCW vit désormais à Villefranche-sur-Saône, dans la région lyonnaise.

"Je ne regrette vraiment pas mon choix d’être parti, continue Maxime Vekeman. Tout se met désormais bien en place. Je travaille chez Décathlon avec un horaire qui me permet de rouler. Mais le début a été assez difficile. C’était un changement de vie important. Je me suis retrouvé sur des courses totalement différentes par rapport à ce que j’avais l’habitude de faire en Belgique. Ici, c’est beaucoup plus vallonné et cela ne me convient normalement pas trop. Mais j’ai pris le temps de m’adapter. J’ai bien bossé dans les… bosses. Et j’ai aussi perdu sept kilos. Depuis le début de la saison, je sens que je monte en puissance. Je suis un peu le capitaine de route de l’équipe, qui marche bien. Nous venons de remporter le Tour du Nivernais-Morvan, une épreuve importante. Et je me suis fait plaisir avec ma victoire, sur l’épreuve nocturne de Gleizé."