Charleroi C’est un sentiment d’injustice qui prédomine du côté du T1 de l’Olympic, après l’élimination de vendredi, à Liège

L’analyse de la défaite de l’Olympic à Liège, 2-1 après prolongations, se résume presque aux décisions arbitrales. Trois exclusions, dont deux côté carolo, et un penalty en faveur des Liégeois. "Sur la première rouge de Kalincik, l’arbitre nous explique qu’il a entendu une insulte de la part du joueur. C’est possible, je n’en sais rien. En revanche, il sort une deuxième jaune à Palmeri, pour gain de temps, et nous dit qu’il ne s’était pas rendu compte qu’il avait déjà été averti. Surtout qu’il s’agissait d’un coup franc pour nous et qu’il hésitait à jouer long ou à taper devant. C’est frustrant ! En plus de ces deux cartes rouges, il siffle un penalty pour une main, à bout portant, alors que mon joueur a les bras le long du corps. Dans ces conditions, c’était impossible de se qualifier", estime Söner Yurdakul, le T1 de l’Olympic, qui admet tout de même que les Sang et Marine se sont créé plus d’occasions.

L’élimination n’est évidemment pas digérée. "On n’a pas joué à armes égales. Le RFC Liège est un club historique qui doit monter et reçoit le soutien de la Fédération. Ils ont mis de jeunes arbitres qui ont perdu les pédales. En plus, je trouve ça nul de la part de la Fédération de faire jouer ce match à Liège. Si le tour final se joue en une manche, cela doit se faire sur terrain neutre. J’accepte la défaite si l’adversaire est supérieur, mais là ça me fait mal."

La saison étant terminée, c’est aussi l’heure du bilan. "J’ai quelques regrets. Sur le premier tour, on a pris 4 points sur 6 face au RWDM et à Liège. On a battu les champions au retour et la rencontre face à Liège (perdue 4-1) n’avait plus d’intérêt. Donc j’estime qu’on aurait dû terminer deuxième au classement. On a perdu trop de points face aux équipes plus modestes. C’est dommage", poursuit Söner Yurdakul.

Le moment est maintenant venu de se concentrer sur le prochain exercice. "Nous devons rencontrer le président pour connaître ses ambitions, mais il faudra effectuer plusieurs modifications pour franchir un palier."