Charleroi Le Chimacien a réalisé une grosse performance physique et mentale en enchaînant quatre triathlons

Enchaîner quatre triathlons, dont trois demis , entre le 13 mai et le 18 juin : c’est la performance physique et mentale réalisée par le triathlète Rudy Depret. Mais le Shark , âgé de 43 ans, ne s’est pas contenté d’actes de présence comme l’attestent ses résultats : victoire au scratch au longue distance de Compiègne en 4 h 14, 7 e de la courte distance du Chemin des Dames à Chamouille (1 er V1) en 2 h 03, 4 e de la longue distance de Belfort (1 er V1) en 4 h 19 et 3 e de la longue distance du Lac des Sapins à Cublize (1 er V1) en 5 h 06. "C’est sûr que le bilan que je fais de ces quatre épreuves est positif" , raconte-t-il. "J’ai su rebondir après une année 2017 difficile à la suite de soucis de santé. Ne pas faire d’ Ironman cette année s’avère être une bonne décision."

Sa victoire à Compiègne lui a fait un plaisir fou. "Cela faisait longtemps que je n’avais plus remporté de demi . Je suis allé chercher cette victoire grâce à une grosse course à pied. Il me tenait aussi à cœur de faire un nouveau podium à Cublize : là, aussi, je me suis arraché lors de la course à pied malgré un manque évident de fraîcheur."

Le Chimacien profite maintenant de quelques semaines de repos mais reprendra en septembre avec deux nouveaux demis : à Gérardmer et à Nice. "Mais avant ça, il y aura le semi-marathon du Ventoux, le dimanche 29 juillet, en mode découverte."

L’Ironman d’Hawaï, auquel il a déjà participé à trois reprises, reste dans un coin de sa tête. "Mais pas pour cette année vu mon absence sur la full distance. Est-ce que je retenterai le coup de la qualif en 2019 ? Je n’en sais encore rien. Mais j’avoue que l’envie d’y retourner un jour est ancrée profondément en moi."