Liège Quatre femmes actuellement, une dizaine espérée en 2019 : le Pesant Club liégeois s’ouvre à la gent féminine

Cette année, le Pesant Club liégeois a véritablement lancé sa section féminine, en accueillant en ses rangs les quatre mousquetaires, Laura Bragano, Léa Vandeputte (cyclisme sur route), Virginie Soenen (duathlon), Anne-Sophie Maréchal (cross-triathlon). De quoi enclencher la seconde vitesse, avec l’envie claire de développer un pôle féminin au sein de la structure liégeoise.

Pour preuve : l’engagement de l’ex-pro blégnytoise Corine Hierckens afin d’encadrer ces dames - une première réunion entre elles a eu lieu fin mai. "Nous souhaitons avoir au moins huit, dix femmes l’an prochain, idéalement que des élites ou juniors 2 - qui se trouvent proches du passage en élite. Ça nous permettrait par exemple d’aligner une équipe sur les courses d’interclubs. Nous sommes occupés à mettre la structure en place. J’en discute notamment avec Guy Crasset, qui a plusieurs filles à l’Entente cycliste Wallonie (ECW)", annonce le Blégnytois Fernand Lambert, président du PCL.

Le club souhaitant également se diversifier dans les différentes disciplines du vélo, il n’est pas exclu de le voir rejoint par des pilotes de BMX, voire des trialistes. Mais, à ce niveau, rien n’est encore acté. Il est également envisagé que les filles du Pesant aient… leur propre voiture suiveuse, à l’avenir.

C’est en tout cas un fameux défi dans lequel se lance le Pesant, alors que le cyclisme féminin peine à décoller en Wallonie. "Pour l’instant, les femmes représentent moins de 5 % des affiliés sur la route", chiffre le président de la Fédération cycliste Wallonie-Bruxelles (FCWB), Thierry Maréchal. "Or, un de nos objectifs à la Fédé est de booster le cyclisme féminin, de le développer, en attirant davantage de filles vers le vélo. Nous soutiendrons donc évidemment le Pesant Club liégeois dans sa démarche de diversification."