Liège François Henke jouait à Stockay la saison dernière. Avec sept titularisations, les choses ne se sont pas passées comme prévu

Alors qu’il aurait dû parapher un contrat à Bilzen, c’est finalement avec Stockay que François Henke s’était engagé en début de saison dernière. "Yannick Pauletti m’avait appelé plusieurs fois pendant que j’étais en vacances en disant qu’il me voulait absolument. Après réflexion, je me suis finalement laissé convaincre par le projet", raconte l’ancien joueur du RFC Liège.

Mais le médian estime être tombé dans un monde trop amateur pour lui. "Je n’ai pas réussi à m’y adapter. Dans le monde provincial, il y a beaucoup de copinage et je suis totalement contre. J’ai eu des différends avec les entraîneurs alors qu’ici, il fallait aller dans le sens du poil. Les joueurs étaient pourtant de très chouettes gars mais je n’étais pas à l’aise avec la mentalité du club", dit le joueur de 34 ans. "Heureusement que c’est en fin de carrière qu’une telle expérience m’arrive, et que je ne suis pas rancunier."

Formé au Standard et à Genk, François Henke préfère de loin le football flamand. "La mentalité et la rigueur sont totalement différentes de l’autre côté de la frontière linguistique. Ils développent un style de jeu qui me convient mieux. On dirait un peu le football hollandais", précise l’ancien élément de Hasselt et Spouwen, notamment.

Pourquoi être revenu en Wallonie alors ?… " Sans passer par ici, je n’aurais peut-être pas connu Liège et une montée de promotion en D3. Je pense que tout le monde rêve d’être champion avec un club comme Liège. C’est mon meilleur souvenir, même si mes passages à Visé et au Standard m’ont marqué", explique Henke.

À presque 35 ans, l’ancien Sang et Marine retrouvera la Flandre la saison prochaine puisqu’il s’est engagé à Bregel… en deuxième provinciale limbourgeoise. "Les installations sont top, je n’ai jamais vu ça. Dans les vestiaires, il y a un écran LCD, des casiers avec le nom de chaque joueur… En plus, le club à l’ambition de remonter en D3 amateurs d’ici deux ans", dit Henke, sous le charme.

Agent de joueurs , père de famille et employé chez le géant suédois du meuble, François Henke a une vie très active. "On verra ce que l’avenir me réserve mais, pour l’instant, j’arrive à gérer, et ma carrière de footballeur risque d’être finie d’ici quelques années. Je pourrai me concentrer à 200 % sur mon boulot d’agent."