Liège Hassan Ouchan et les Verlainois ont trois matches pour éviter la descente et les barrages

À une victoire de la D2 amateur au printemps dernier, Verlaine, barragiste à l’heure actuelle, lutte pour sa survie à l’échelon national.

Tentatives d’explication des raisons ayant mené à cette situation délicate avec Hassan Ouchan, l’arrière gauche des Taureaux. Et, surtout, comment réussir à s’en sortir !

Terrain en herbe ?

"Vrai. On avait réalisé une superbe campagne sur notre synthétique. Revenir sur le terrain en herbe, dégradé par les travaux, a eu une influence négative sur le jeu posé que l’on veut développer. Il aurait mieux valu laisser reposer le terrain en herbe une saison complète. Depuis que l’on est revenu sur le synthétique en janvier, les résultats sont nettement meilleurs (NdLR : 10 sur 15) qu’avant la trêve."

Manque de renouvellement de l’effectif ?

"Faux. Suite à notre superbe parcours, il était normal de conserver les cadres. Le seul petit hic, c’est que des joueurs de qualité, comme Jamar ou Florian Doverin, nous ont quittés et expriment leurs qualités dans leur nouveau club."

Verlaine s’est vu trop beau ?

"Faux. Le coach a toujours remis les pendules à l’heure, en nous interdisant de prendre un adversaire de haut ! Le sérieux est là depuis le début. Mais on a subi de nombreuses longues absences, Gallina, Adrovic ou moi-même entre autres, qui ont affecté l’équipe. De plus, avec le petit brin de chance qui nous accompagnait en 2016/17, on compterait entre 10 et 15 points de plus."

Verlaine reste positif ?

"Vrai. On doit mettre son bleu de travail et ne surtout pas se tirer vers le bas avec des idées négatives. Il va falloir charbonner (sic) pour se sauver. Mais la P1, il est hors de question d’y penser ! La D3, on compte bien y rester, quitte à y laisser du sang !"

Verlaine va s’en sortir ?

"Vrai. On espère que Virton parviendra à se sauver, cela évitera plus de dégâts dans notre série. Mais quoi qu’il arrive, on ne lâchera strictement rien. Tout le club, du président au dernier réserviste de P2 est au courant. Il nous faut juste aller chercher Mormont, que l’on n’est pas parvenu à battre après avoir hérité de nombreuses occasions. Tout risque bien de se jouer lors des deux prochains matches avec Mormont-Habay et Habay-Verlaine. Un 6 sur 9 serait bien pour nous. Si je dois laisser un genou pour le maintien, je suis d’accord."

Emmanuel Thyssen